Skip to main content
Or et matières premières

Flambée de l’argent-métal, quel potentiel pour la suite ?

Enfin ! Après l’envolée de l’or en mars et avril derniers au-delà des 2 000 $, l’argent-métal a fini par rattraper son retard. Entre grosse impulsion et mouvements efficaces, reste-il encore au silver un peu de potentiel ? La réponse est oui, évidemment…

Ces derniers mois, j’avais insisté – à plusieurs reprises ! – sur les compressions de volatilité alors en place sur le compartiment des métaux précieux. A l’occasion de ma dernière intervention sur le plateau de l’émission Trade ou pas Trade, la semaine dernière, mes confrères alors présents me charriaient presque quant au manque d’originalité de mes idées de trades… Or, argent, minières, tout y passait dans ce compartiment des métaux précieux.

Et, après l’envolée de l’or en mars et avril derniers au-delà des 2 000 $ (cf. cercle jaune sur mon premier graphique hebdomadaire ci-dessous) l’argent a donc fini par rattraper son retard…

 

Graphe bourse or

 

Avec, en l’occurrence, une nouvelle grosse impulsion au-delà des 30 $ constatée en fin de semaine dernière (cf. cercle jaune sur mon second graphique ci-dessous).

 

Graphe bourse argent

 

Au-delà du fait que ce pump nous rémunère parfaitement [NDLR : Mathieu avait recommandé l’argent-métal dans tous les services dans lesquels il intervient, que ce soit la Lettre des Affranchis, la Bourse au Quotidien PRO ou encore Agora Trading Lab…], je retiens surtout la « propreté graphique » des mouvements constatés.

Argent : un mouvement efficace

Avec le principe simple – mais ô combien efficace – d’effet d’accélération en franchissement de résistances horizontales « propres » ; c’est-à-dire très nettement définies.

Je revenais d’ailleurs sur ce concept la semaine dernière, avec l’idée d’un effet boule de neige qui suit quand ces obstacles cèdent. Car, quand ce genre de niveau cède, vous avez un double afflux d’ordres qui arrivent quasi en même temps.

En effet, on retrouve d’une part, les ordres de rachats de stops automatiques des vendeurs à découvert qui se retrouvent obligés de se racheter pour ne pas se faire « embarquer ».

Et, d’autre part, les ordres d’achats stops en attente des acheteurs « nus » qui attendaient la confirmation du franchissement dudit niveau pour rentrer en position.

Et, pour tout vous dire, quand ces deux niveaux arrivent en même temps – c’est-à-dire quand on a une double demande, l’offre en face étant a minima deux fois moindre, il s’en suit statistiquement des mouvements très impulsifs.

Sur l’argent-métal, c’est déjà ce que l’on avait constaté en franchissement des 26 $ (cf. ce que j’évoquais alors). Et rebelote donc en fin de semaine dernière, avec le cap des 30 $ cette fois (cf. rectangle bleuté + croix rouges sur mon graphique hebdomadaire ci-dessus) dont le dépassement a catalysé une nouvel effet d’appel.

Quel potentiel pour la suite ?

Et quand on « dézoome » encore, en passant cette fois sur un graphique en base mensuelle ci-dessous, on voit que, malgré la récente envolée, les cours de l’argent pourraient bien en avoir encore sous le coude. Avec, en point de mire (dans une optique à long terme), les sommets de 2011 situés juste sous les 50 $ (cf. cercle jaune).

Graphe bourse argent 2

Laisser un commentaire

FERMER
FERMER
FERMER