Zone euro et Chypre : ce qu’en dit l’Eurostoxx 50

Rédigé le 2 avril 2013 par | Autres indices Imprimer

L’actualité de ces derniers jours, c’est évidemment la crise chypriote. Le plus grand fiasco jamais vu pour l’Union européenne. Pour rappel, après avoir proposé de taxer l’ensemble des dépôts, c’est finalement uniquement ceux au-dessus de 100 000 euros qui seront taxés ; cela concerne à la fois les riches particuliers, russes et anglais, vivant sur l’île, mais aussi les entreprises.

Au-delà du discours de M. Djisselbloem, le président de l’Eurogroupe, qui a prétendu que ces mesures pourraient être étendues à d’autres pays, c’est un très mauvais plan pour Chypre. Le marché a mis quelques heures à s’en apercevoir, ce qui a créé des opportunités pour les abonnés à mon service Levier7.

La question de la confiance
Le plan adopté sera très difficile à appliquer. On s’en est vite aperçu, puisque certains ont fait des retraits dans des filiales étrangères des banques chypriotes. Que restera-t-il à ponctionner après cela ? Pas grand-chose… et certainement beaucoup moins que les 10 milliards prévus initialement.

Il faudra donc probablement à nouveau passer par le Mécanisme de stabilité européen, comme cela aurait pu être fait avant. Mais les dirigeants européens ont créé une défiance des Chypriotes envers les banques, avec des retraits massifs. La confiance dans celles-ci est perdue ; le risque est que cela s’étende à d’autres pays comme la Grèce, l’Italie ou l’Espagne.

Turbulences boursières, volatilité, retournements inattendus, krachs…
PERTES INCONTROLABLES : PLUS JAMAIS CA !

Avec Mathieu Lebrun, vous pouvez maîtriser les marchés — et votre portefeuille… et cela en seulement 20 minutes par semaine. Cette vidéo vous explique comment faire…

Nous n’en sommes pas là, mais c’est un risque terrible pour la Zone euro qu’il faut prendre en compte pour les prochains mois. Cela risque de faire fuir les capitaux étrangers également, ce qui a déjà commencé pour Chypre comme à l’intérieur de la Zone euro. Avec une situation économique désastreuse et un chômage au plus haut en Europe, nous n’avions vraiment pas besoin de cela.

Confiance également entre les banques
La question de la confiance concerne les particuliers envers les banques dans les pays cités plus hauts dans la Zone euro, mais aussi et surtout celle des banques entre elles. En effet, après la faillite de la deuxième banque chypriote, les établissements bancaires risquent de se faire de moins en moins confiance, et la crise pourrait reprendre dans les semaines et mois à venir. Une intervention de la BCE pour clarifier les choses sera alors nécessaire.

Un dernier mot sur Chypre
Pour terminer sur Chypre, on peut se demander si le plus simple ne serait pas le défaut pur et simple du pays et la sortie de la Zone euro. Etant donné les conséquences et la question de confiance qu’a déjà posé le problème des dépôts, ce serait peut-être un moindre mal pour la Zone euro sur le moyen terme, même si cela serait sûrement mal pris par le marché, du moins dans un premier temps.

Voyons ce qu’en dit l’analyse technique de l’Eurostoxx 50, l’indice de référence de la Zone euro…

Une configuration dégradée et un marché de plus en plus volatil

eurostoxx0413.png
Cliquez sur l’imagie pour agrandir

Je mettais en avant les risques sur les indices américains comme européens ces dernières semaines. Ils commencent à se concrétiser et ce n’est probablement que le début d’un mouvement de correction qui pourrait être significatif. Bien sûr, celui-ci ne se fera pas en ligne droite : il y aura des baisses violentes mais aussi des rebonds significatifs, comme souvent dans un mouvement de correction.

Sur l’Eurostoxx 50, nous avons buté par deux fois contre la zone de résistance des 2 753 points et nous sommes depuis dans une correction relativement claire. Sur les indicateurs mathématiques, nous sommes sous une oblique baissière sur le RSI à 14 jours ; quant au MACD, il est passé sous la zone symbolique du 0, confirmant que la configuration s’est nettement dégradée ces dernières semaines.

 A court terme, nous devrions aller chercher la zone des 2 549 points, gap haussier du 28 au 29 novembre 2012 qui reste à combler et que l’on retrouve également en A/B/C en Elliott. Si ce niveau tient, il pourrait ensuite permettre un rebond significatif sur le court terme.

A moyen terme, la configuration restera négative et après un éventuel rebond sur ce support des 2 549 points, la correction devrait ensuite s’accélérer en direction des 2 400 points, support horizontal clair que l’on retrouve en retracement de 50% du dernier mouvement haussier.

 

Mots clé : - -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Laissez un commentaire