Ciblez 1,2850 sur l’EUR/USD. Attention à la rupture des 85,70 sur l’AUD/JPY

Rédigé le 28 avril 2010 par | Matières Premières Imprimer

Mon objectif à 1,2850 $ est toujours d’actualité

Je ne vais pas me gâcher le plaisir. Cela fait plusieurs mois que j’anticipais une vague baissière sur la monnaie unique, au moment où tout les brillants économistes la voyaient revenir à 1,60 $.

Ceux-là même qui aujourd’hui, annoncent le retour à la parité vers ses plus bas, voire l’explosion de la Zone euro.

Il y a un mois, j’écrivais que la rupture des 1,35 accélérerait le mouvement baissier. Mon objectif à 1,2850 $ est toujours d’actualité.

Mais comme à chaque fois, dès que tout le monde commence à être d’accord avec moi, cela me pose un problème.

La Grèce ne fera pas défaut

Non, je peux vous l’assurer. Aussi difficile que cela puisse paraître, les Etats européens, qui se satisfont tout à fait de la chute de l’euro et qui se plaisent à l’entretenir, ne laisseront pas tomber la Grèce.

Une solution sera trouvée, les marchés se détendront et les sauveurs du monde auront repoussé le problème de quelques mois, années.

Or si la monnaie unique conserve un vrai potentiel de baisse, il ne faut pas non plus croire qu’on reviendra à la parité. Ce serait bien mal connaître nos amis Américains qui ne voient pas d’un très bon oeil cette « appréciation » du billet vert.

Et je suis convaincu que cette crise viendra renforcer la cohésion de la Zone euro et sera finalement une bonne chose d’un point de vue politique.

Un second semestre qui s’annonce difficile

Cependant, si je devais revenir à des choses plus concrètes et donc aux places financières mondiales, je suis beaucoup plus inquiet.

Vous l’aurez constaté, les trimestriels sont meilleurs que prévus et tout va bien dans le meilleur des mondes, sauf qu’à chaque annonce de bons résultats, la valeur concernée est rapidement boudée voire sanctionnée.

La cause ?

Le plus souvent des déceptions sur les prévisions ou le chiffre des ventes. En effet, après avoir profité de l’effet « restructuration/baisse des coûts », les entreprises ont profité cette fois d’un « effet de base » plutôt favorable.

Mais ces réactions du marché illustrent surtout la crainte des investisseurs pour la fin d’année.

Contrairement à ce qu’on attendait, le marché de l’emploi ne s’améliore pas, la consommation reste tendue, et l’inflation fait son retour dans certaines zones du monde qui ne vont pas se gêner pour nous l’exporter.

Les taux… l’étau des banques centrales

L’étau se resserre sur les banques centrales, qui n’ont plus aucune marge de manoeuvre et qui doivent jongler avec des problèmes contradictoires.

La Banque d’Angleterre se débat entre une inflation en hausse et un plan d’assouplissement monétaire qui tarde à produire ses effets.

La Fed, elle, ne sait plus comment retirer extended period de son communiqué, tant la réaction qui s’en suivra va être épidermique à Wall Street.

La Banque d’Australie a annoncé par la voix de son gouverneur Stevens, que les taux étaient désormais proche de la moyenne qui sert d’objectif au comité monétaire.

Cette annonce a été rapidement interprétée comme un signal d’une pause dans les hausses de taux.

Et enfin, notre BCE doit jongler avec des disparités énormes entre les problématiques des Etats membres tout en respectant son mandat réducteur de maîtrise des prix.

Un marché explosif

Entre craintes sur les dettes, inflation et résultats d’entreprises, le marché est explosif en ce moment.

Tant mieux, cela nous ouvre de belles opportunités sur le Forex comme par exemple les deux gains sur l’EUR/USD et l’AUD/USD jeudi soir (NDLR : pour en savoir plus, cliquez ici).

D’ailleurs, c’est la devise australienne qui a mes faveurs avec, à mon avis, une belle configuration sur l’AUD/JPY qui mérite d’être étudier.

Evolution de la paire AUD/JPY

En effet, la paire haussière, soutenue par les carry traders, peine à faire de nouveaux plus hauts depuis le début du mois et reste cantonnée dans un canal compris entre 87,52 et 85,70.

Ce dernier support a par trois fois contenu les mouvements de baisse et nous signale donc une forte présence d’acheteurs.

Cependant en cas de retour de l’aversion au risque, nous pourrions assister à une vague de débouclage de positions longues et à la rupture de ce support.

Cette cassure signalerait une accélération baissière pour viser tout d’abord les 84,43 puis un retour sur les 82,50 où se situe actuellement la moyenne mobile 100 jours.

A l’inverse, le franchissement de la borne haute du canal nous ouvrirait la voie à un retour sur 91,45.

Mots clé : - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Laissez un commentaire