Le baril plonge à 36,7$ sur le NYMEX, le pire scénario se répand comme une marée noire

Rédigé le 8 décembre 2015 par | Matières Premières, Toutes les analyses Imprimer

L’Arabie Saoudite avait entre-ouvert les portes de l’enfer cet été lors du sommet de Vienne du 30 juillet, le baril avait alors chuté de 51 € vers 38 $ à New York.

Le test des 37,75 $ ce lundi pouvait constituer le re-test qui préfigure le rebond… seulement, l’OPEP a ouvert tout grand les portes de l’enfer, à commencer par celle qui mènera à la faillite et au chaos politique dans la quasi-totalité des pays producteurs.

Aux  États-Unis, avec un baril tombé il y a quelques instants sous les 36,75 $, il n’existe plus un seul producteur de pétrole de schistes sur le sol US qui soit rentable.

Un rebond en « W » sur 38$ en direction du zénith estival des 51 $ (sans oser espérer revoir 62,5 $ comme en juin dernier) aurait pu sauver la mise des « frackers » les moins endettés : une rechute sous les 35 $ enverra le secteur par le fond et les détenteurs de dettes « high yield » vers la ruine, comme le firent les subprime 8 ans plus tôt.

Quelle sera la virulence de la contagion du high yield pétrolier auprès des autres créances à haut rendement: telle est la grande question qui risque d’éclipser le débat sur le rythme de la hausse des taux de la FED en 2016.

La question ne sera plus : quel est le bon taux de crédit pour les ménages mais combien ces mêmes ménages vont-ils devoir remettre au pot pour sauver le système bancaire, encore plus gorgé de dettes et de dérivés qu’en 2008 ?

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire