Sell in may and go away !

Rédigé le 2 juillet 2010 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Le fameux dicton de Wall Street nous dit de prendre nos bénéfices en mai et de ne rien faire avant novembre. Cet adage, presque aussi vieux que la Bourse, est annonciateur d’une phase corrective sur les marchés entre mai et novembre. Va-t-il encore se vérifier cette année 2010 ? Apparemment oui.

Un adage qui a fait ses preuves

D’après une étude du Stock Trader’s Almanac portant sur 56 années, il ressort qu’en investissant 10 000$ entre novembre et avril sur le Dow Jones, vous auriez un peu plus de 540 000$ aujourd’hui.

De même, si nous nous appuyons sur une étude concernant la performance de ces 20 dernières années du Dow Jones — sur la période de mai à novembre –, la variation moyenne de l’indice est de 0,44%. A l’inverse, si nous prenons la période de novembre à avril, la performance moyenne est de 6,86% et il y a 85% de chances que le Dow Jones connaisse une hausse sur la période.

Le marché a connu un rally haussier depuis mars 2009 jusqu’au mois d’avril 2010. Les derniers mois ont été particulièrement profitables aux Bourses : nombreuses sont celles qui ont connu une hausse mensuelle historique des volumes d’échanges.

Au mois de mai, nous avons pu constater une hausse de 20% des volumes de contrats échangés sur le marché des options : cela signifie que les investisseurs cherchent à se couvrir, cet élément vient bien évidemment conforter l’adage Sell in may and go away

Enfin, lors des dernières crises majeures comme celle de 1997, l’application de ce dicton nous aurait permis de réaliser une plus-value de 25% sur le Dow Jones en utilisant un simple tracker. Après la crise de 2000 — alors que sur la période mai/novembre le Dow Jones perdait plus de 15% –, l’application de l’adage nous aurait permis de gagner près de 10% ! Nous attendons avec impatience les prochaines réactions du marché par rapport à ce fameux dicton…

Il n’y a pas de repas gratuit à Wall Street

En réalité, ce dicton n’a rien de scientifique. Seulement, les données historiques nous montrent que sur le long terme, les pires moments pour être investi en actions se bornent à la période allant de mai à octobre — particulièrement en septembre et octobre, mois de tous les krachs. A l’inverse, les plus fortes hausses arrivent entre le début novembre et la fin avril.

Pour illustrer ce propos, voici la courbe de profit d’un système qui entrerait à l’achat sur l’indice Dow Jones le premier novembre et clôturerait sa position le premier mai de l’année suivante et ce depuis les 90 dernières années.

Courbe de profit d'un système qui entrerait à l'achat sur l'indice Dow Jones le premier novembre et clôturerait sa position le premier mai de l'année suivante et ce depuis les 90 dernières années

Ce système fonctionnera-t-il encore à l’avenir ? Les marchés nous le diront, tout n’est pas si facile, et comme souvent dit sur les parquets de Bourse : « Il n’y a pas de repas gratuit à Wall Street…« 

Mots clé : - -

Romain De La Cretaz
Romain De La Cretaz

Laissez un commentaire