Vous êtes cynique

Rédigé le 14 novembre 2008 par | Big caps Imprimer

Je vous ai dit et répété de nombreuses fois mon opinion baissière. Eh bien malgré le rebond actuel qui a eu lieu hier et qui se poursuit ce matin, je la maintiens.

Il n’y a aucune raison valable pour que les indices rebondissent. La grande majorité des gérants de fonds que nous avons interrogés sont aujourd’hui d’accord pour dire que puisque nous entrons en récession, les valorisations des entreprises, des industrielles, n’ont pas touché leurs plus bas.

Il n’y a aucune raison valable pour que les indices américains prennent plus de 6,50% hier : 500 000 inscriptions au chômage aux Etats-Unis ; les entreprises revoient à la baisse leurs prévisions ; tout le monde sait que la grande réunion du G20 ce week-end ne changera rien à rien.

On compare cette réunion à un nouveau Bretton Woods, qui avait débouché sur la refonte du système financier mondial. Mais en juillet 1944, il avait fallu plus de six mois de préparation et trois semaines de débat pour déboucher sur le système mis en place à l’époque : les parités des monnaies seraient désormais fixées par rapport à un étalon, l’or, mais une seule monnaie est convertible en or, le dollar.

Demain, la réunion va durer six heures. On ne peut pas dire que nous ayons aperçu d’intenses réflexions depuis juillet 2007 et l’éclatement des subprimes pour refondre réellement le système. Nous avons eu droit à des bouts de sparadrap. Nous avons eu droit à des critiques du « capitalisme » ; à des coups de poing sur la table ; à des leçons de moral sur les institutionnels. Mais au niveau proposition, ce fut un peu court.

Mais… les marchés sont ainsi faits que même sans raison valable, ils rebondissent parce que les institutionnels, les teneurs de marché ont besoin de se racheter dès que l’on approche des récents plus bas. Parce que eux jouent la volatilité, jouent le rebond.

Je lisais hier un excellent dossier consacré à l’argent de Philosophie Magazine. Le dossier expose les « quatre grands personnages conceptuels » que Georg Simmel — le plus grand penseur de l’argent et auteur de Philosophie de l’argent (1900) — avait établi pour décrire notre rapport à l’argent. Le personnage du « cynique » a évidemment attiré mon attention.

Le cynique, c’est vous, c’est moi… c’est surtout monsieur le Marché. Voici un extrait du magazine, qui cite Simmel :

« Le cynique est (…) persuadé qu’il n’y a plus de valeurs dans la mesure où, par le biais de l’argent, tout devient commensurable ». L’argent est ce grand égalisateur qui « réduit les valeurs les plus hautes, comme les plus basses, uniformément, à une seule et unique forme de valeur, les ramenant ainsi au même niveau fondamental, malgré toute leur diversité qualitative et quantitative ». Le fait que tout se dote progressivement d’un « prix sur le marché » abolit du même coup, aux yeux du cynique, la valeur des choses, car il n’existe plus de différence de nature entre ces dernières.

Un philosophe commente également l’oeuvre de Simmel : « Simmel, dans son ouvrage, expliquait que les places boursières deviendraient les lieux propices au cynisme. Je souscris à cette analyse et j’ajoute que la figure du cynique peut alors bifurquer et croiser celle du spéculateur, une figure très contemporaine maniant des valeurs fluctuant indéfiniment et d’énormes sommes d’argent dématérialisées dont on n’a plus d’équivalent concret (…). D’une certaine manière, nous sommes tous un peu cyniques, comme le montre notre fascination pour les fluctuations économiques et boursières ».

Sur ce, je vous laisse à vos réflexions philosophiques pour le week-end, mais je vous donne juste un petit conseil :

Ne perdez pas votre bon sens. Prenez du recul, analysez la situation. Que ce soit au niveau fondamental OU technique. Soyez patient. Soyez malin, soyez rigoureux et prudent. Et pensez également qu’en ce moment, vous pouvez couvrir chaque position que vous avez par un warrant. Vous êtes à l’achat sur une valeur ? Couvrez vous en prenant un put warrant. Vous êtes à la vente sur telle autre ? Achetez un call. [Ndlr : Mathieu Lebrun, grâce à son service sur warrants, peut évidemment vous aider à mettre en place cette stratégie de protection]

En mettant en place cette stratégie, vous paierez certes la prime de cette sorte « d’assurance », mais vous aurez sécurisé vos positions. 

A la semaine prochaine !

Mots clé : - -

Nathalie Boneil
Nathalie Boneil
Directrice de la rédaction aux Publications Agora

Nathalie Boneil est Directrice de la rédaction aux Publications Agora. Elle a travaillé dans l’univers de la Bourse plus de 4 ans – mais c’est depuis toute petite que son grand-père lui parle des marchés et de l’investissement. Aujourd’hui, elle travaille avec nos rédacteurs et analystes sur les marchés actions pour qu’ils vous proposent les meilleurs services, les meilleures idées d’investissements, de manière la plus simple et la plus profitable qui soit pour vous.

Son rôle est tout simple : rendre les idées, les méthodes, les stratégies de nos analystes professionnels facilement compréhensibles et directement applicables pour vous. Elle met l’analyse technique à votre portée, vous montre les opportunités, les pièges à éviter, et vous explique les moyens de vous positionner sans vous noyer dans un jargon d’experts.

Laissez un commentaire