Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Votre boîte perd de l’argent ? Rachetez vos titres !

Rédigé le 10 novembre 2016 par | Actions, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Votre boîte perd de l’argent ? Arrêtez de vous ronger les sangs pour rebondir : rachetez vos propres titres !

Nous n’hésitons pas, chaque fois que nous le pensons utile, à tenter de faire un peu de pédagogie boursière pour vous éclairer sur la façon dont les marchés fonctionnent. Des exemples tirés du quotidien sont souvent plus instructifs que de longues démonstrations (d’autres se montrent bien plus doués que nous pour cet exercice, vu l’imposante littérature à laquelle vous pouvez avoir accès en quelques clics).

Et aujourd’hui, nous tenons une « pépite »

Prenez une entreprise qui perd de l’argent comme Conoco-Phillips, un géant du secteur pétrolier (et gaz) américain déficitaire (perte de -1Md$ au 3ème trimestre 2016 après -1,1Mds$ pour la période correspondante de 2015), vous ne serez pas surpris que l’entreprise envisage la vente de 5 à 8Mds$ d’actifs pour réduire son endettement et combler une partie de son passif.

Mais vous n’y êtes pas du tout: Conoco-Phillips perd bien de l’argent mais continue de distribuer généreusement des dividendes de 25 cents (payable le 1er décembre, dépêchez-vous d’en profiter).

Et comme les actionnaires (en l’occurrence, pratiquement tous plus célèbres fonds de retraite US) ne seraient pas pleinement satisfait s’il ne recevait le beurre (un cours de l’action sur une pente éternellement ascendante) et l’argent du beurre (une rémunération, même s’il n’y pas de profit), Conoco-Phillips se propose de racheter pour 3Mds$ de ses propres titres.

Ce montant ne vous évoque rien ? C’est normal… mais vous allez vite comprendre : 3 Mds$ c’est tout simplement l’équivalent de 5% de la capitalisation de l’entreprise, une paille !

Alors ça, pour une bonne nouvelle, c’est vraiment une bonne nouvelle… mais uniquement pour l’actionnaire !

Parce que quand les comptes sont dans le rouge, la dernière chose dont a besoin une entreprise et ses salariés, c’est bien de racheter ses propres titres !

Mots clé :

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire