2010 : les pros anticipent un nouveau krach et se couvrent

Rédigé le 15 janvier 2010 par | Big caps Imprimer

Marc Mayor est expert en investissements éliminant le risque de marché. Retrouvez-le sur www.lecoindesinsiders.com/profits-garantis.html

Bon, nous y voici. Bonne année à tous, en espérant que vos investissements en 2010 feront aussi bien que l’an dernier. Car, oui, si vous aviez bêtement suivi le S&P 500, via un ETF classique du type Spyder, vos gains auraient dû dépasser les 60% depuis la mi-mars. Si c’est le cas, vous avez certainement passé un joyeux Noël, entouré de cadeaux par milliers. Car, 60% en 9 mois, ça se fête dignement.

Faites-vous partie du troupeau ?

A moins que, finalement, ces gains n’aient que partiellement bouché le trou de vos pertes encaissées au cours de l’année et demie qui a précédé ; les initiés appellent cela le « supplice japonais ». Rassurez-vous, si c’est le cas, vous n’êtes pas le seul. Même après le camouflet de 2000-2003 et la gifle dès 2007, la plupart des investisseurs croient encore et toujours que la stratégie d’investissement la plus efficace consiste à acheter des titres soi-disant prometteurs et de les garder quelques mois ou même plusieurs années avant de les revendre.

Ce raisonnement me dépasse complètement. Malgré mes efforts depuis plus de 10 ans, près de 97% des investisseurs privés suivent encore une stratégie haussière. Les baissiers qui, aussi bêtement que les acheteurs cliquent sur le bouton « acheter », choisissent systématiquement de vendre (à découvert), sont en effet une espèce rare : moins de 3% du volume.

La hausse est encore une fois annoncée par ceux qui y gagnent

Le S&P 500 fait du surplace depuis maintenant plus de 10 ans, et la grande majorité des investisseurs gagnent de l’argent simplement pour couvrir leurs pertes ; de plus, l’inflation a mangé un bon quart de leurs avoirs entretemps. D’où ma résolution pour cette année : dénoncer encore plus, et avec davantage de ténacité, tous les requins qui se sont sucrés sur votre dos.

Voyez par vous-même : l’économie mondiale, sous perfusion, peine encore à sortir la tête de l’eau, malgré les centaines de milliards d’euros de « soutiens gouvernementaux » (comprendre « votre argent »). Les paiements connaissent des retards sans précédent et le chômage continue à affoler les compteurs. Et voilà que les stratèges des plus grands établissements nous chantent la même rengaine : « Le S&P 500 va croître de 9,6% d’ici la fin 2010 et les bénéfices combinés dépasseront les 95 dollars en 2011 (contre 63 dollars pour 2009)« , selon la moyenne d’un récent sondage Bloomberg.

Forcément, pour eux, il n’y a aucune raison de prédire que le marché va corriger à court terme, voire (horreur !) baisser constamment dans un scénario catastrophique à la japonaise. Car marché haussier signifie hausse des commissions du côté des clients, et davantage de nouvelles souscriptions du côté des sociétés. Vous vous rappelez d’ailleurs la dernière fois que votre banquier vous a conseillé de mener une stratégie baissière ?

Moi non plus.

Les pros anticipent un krach et se couvrent

Regardons maintenant les faits. Alors que les stratèges crient à l’optimisme, voilà ce qui se passe réellement. Les investisseurs institutionnels se ruent sur les options pour se couvrir contre une chute des marchés. La demande est telle que les options sur le S&P 500 pour se protéger contre une baisse au cours de l’année prochaine coûtent 22% de plus que des contrats similaires, mais avec une échéance d’un mois.

Pour observer une différence aussi prononcée entre les échéances à douze et un mois, il faut remonter à 1999. En fait, la toute dernière fois que le coût des options à un an a dépassé celui à un mois (sur une moyenne pondérée) était cinq mois avant que le S&P 500 s’effondre de 49%, à partir de mars 2000.

Les stratèges les plus brillants partagent d’ailleurs cette vision baissière (je vous rassure, ce ne sont pas tous des requins ; il faut simplement savoir séparer le bon grain de l’ivraie). John Hussman, dont la performance a battu 99% de ses confrères en 2008, annonce qu’il y a « encore une probabilité de près de 80% qu’un deuxième plongeon des marchés apparaisse au cours de l’année 2010« . Et notre ami Albert Edwards de Société Générale prédit même que les actions américaines chuteront en dessous de leur plancher de mars dernier (666 points pour le S&P500), tandis que l’économie mondiale faiblira.

Le risque augmente

Le graphique ci-dessous vous montre comment les investisseurs perçoivent le risque futur (à une année) par rapport au risque actuel (à un mois). Plus précisément, il s’agit de la différence entre la volatilité implicite, qui est utilisée pour calculer le prix des options, à douze mois et à un mois. Hormis la période entre septembre 2008 et mars 2009, qui reflétait alors l’effondrement imminent du système financier, la volatilité est historiquement supérieure à long terme. Ceci est dû au fait que le futur est tout simplement plus incertain que le présent.

Volatilité sur le SP500

Aujourd’hui, les incertitudes à douze mois sont telles que la différence entre la volatilité à moyen et court terme atteint des records. Ceci reflète immanquablement l’angoisse des investisseurs quant à l’évolution des marchés pour l’année 2010 ; ces derniers préfèrent redoubler de prudence en augmentant leur position de couverture. Un signal fort que le vent pourrait faire tourner au cours de ce premier semestre.

Bien sûr, nous ne sommes pas encore arrivés au stade où ces mêmes investisseurs oseraient une stratégie neutre au marché. Mais, la prudence a, au moins, le mérite de démontrer que de plus en plus d’investisseurs invalident la thèse consensuelle du stratège moyen, qui préfère se ridiculiser avec des prévisions identiques au début de chaque année.

Le ridicule ne tue pas, vous me direz. Mais espérons tout de même qu’une plus grande part d’investisseurs privés comprendront toute la nécessité de relativiser les projections en ce début 2010 et ouvriront leurs yeux sur un fait bien établi : les marchés montent… ET PUIS descendent. Et des profits peuvent être réalisés dans les deux cas, sans nécessairement devoir prendre le risque le plus idiot du monde : le risque de marché.

Mots clé : - -

Marc Mayor
Marc Mayor

Marc Mayor est le fondateur et président d’Inside ALPHA, une entreprise helvétique spécialiste des approches financières éliminant le risque de marché (investissements dits « ‘neutres au marché »). Depuis plus de 10 ans, Marc analyse avec humour et sagacité le comportement des initiés de la Bourse, notamment dans les colonnes de sa rubrique hebdomadaire « Le Coin des Insiders », qui paraît chaque vendredi dans le quotidien financier L’Agefi (Suisse).

Auteur à succès, il préside aussi un cycle régulier de conférences réunissant des investisseurs, tant professionnels que privés, notamment sur le thème des métaux (de base ou précieux) et de l’énergie (fossile, nucléaire ou renouvelable).

3 commentaires pour “2010 : les pros anticipent un nouveau krach et se couvrent”

  1. j’attends avec impatience que les prédictions pessimistes d’AGORA s’avèrent; en effet sur vos conseils j’ai acquis quelques bear DJ et CAC ce qui, pour l’instant, me vaut une moins-value de 10% ! si votre scénario se confirme je devrais donc bientôt « rentrer » dans des frais, mais je piaffe d’impatience…
    bien cordialement et merci pour la qualité de vos articles.
    lucien pieri

  2. comme Marc Mayor, je pense que plus on monte plus la probabilité de descendre augmente ! plus on monte plus on se rapproche inéluctablement du sommet et donc de la descente….beaucoup se sont plus à chiffrer le CAC40 à +23 % en 2009, mais si l’on ajoute les baisses et les hausses, on obtient 140 %…..à condition bien entendu d’être trader actif et sans investir sur une tendance pendant quelques mois ! ces jours-ci, tous mes copains me font remarquer que la bourse a l’air de se bien porter 🙂 et j’imagine qu’ils ont dus se faire briefer par leur banquier 🙂 la période actuelle est dévolue à la chasse aux pigeons….

  3. la stratégie qui marche sereinement consiste à n’investir que dans des positions qui soient « couvrables » ….ce qui exclut les financières….on peut investir dans une action, un indice, etc… mais à la condition de pouvoir couvrir en sens contraire lors des consolidations ou rebonds. Nul doute que notre idole d’Omaha pratique ainsi ! aux USA, on couvre les actions par des options la plupart du temps. Certes, cela demande un investissement dans la connaissance mais la réussite et la sérénité sont à ce prix.

Laissez un commentaire