Le bal des requins… et comment rester en VIX

Rédigé le 18 février 2011 par | Autres indices, VIX Imprimer

C’est un bal de requins affolés par l’odeur du sang… un bal des traders affolés par l’argent de la Fed. Au loin se profilait l’ombre d’un grand prédateur pouvant venir leur disputer leur proie – une orque, un cachalot… ou pire, de l’inflation.

Mais la Fed dément l’existence d’une telle menace, avec la même conviction qu’elle démentait le caractère contagieux du krach des dérivés de crédit.

90% des gérants sont haussiers… Ce n’est pas rassurant
Le festin peut donc se poursuivre, les bulles d’actifs enfler démesurément : avec plus de 90% de gérants bullish (d’après le baromètre BoA/Merril-Lynch), un ratio tel qu’il n’en a jamais été observé même en plein délire euphorique des dot.com, il n’existe plus aucun raisonnement qui puisse tempérer la progression de Wall Street.

C’est « le mouvement perpétuel » nous expliquent les chartistes, « la hausse se fait la courte échelle » nous disent les traders, « il est tout simplement impossible de ne pas acheter d’actions » affirment les stratèges.

Le débat est clos, il n’y a plus rien à ajouter, aucun argument à faire valoir. Le VIX, cet indice qui mesure la peur du marché, en témoigne avec un score inférieur à 16 – et même un plancher historique de 14,86 le 8 février. Vous le savez, plus le niveau du VIX est bas, plus le marché est confiant.

Graphique du VIX

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

16 points… cela correspond à un de ces pics de confiance au paroxysme qui ont précédé les plus grandes catastrophes boursières…

Car c’est bien du VIX qu’il faut désormais se soucier
La hausse des rendements obligataires compte pour du beurre, l’envol des prix à la production se déroule dans un « univers parallèle » (comme de l’antimatière qui se désintègre dès qu’elle interagit avec celle que nous connaissons)… la seule promesse d’une absence de hausse de taux avant 2012 par la Fed suffit à écarter toute manifestation de nervosité des opérateurs.

Le parcours du VIX est édifiant : parti d’un pic à 24 points le 30 novembre 2010, il n’a mis que 3 jours pour repasser sous les 20 puis les 19 début décembre.

Graphique du VIX

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Il lui faudra 15 jours de plus pour tester les 16 et, après un mois d’oscillations entre 17,8 et 15,8, il finira par enfoncer les 15 début février, soit un niveau plus bas depuis l’été 2007.

L’écrasement de la volatilité est devenu le principal enjeu des prochaines semaines et des prochains mois. Le but est de « casser le thermomètre » afin que personne ne puisse s’alarmer de la montée de la température au sein du réacteur nucléaire boursier, alors que le déroulement de la hausse est le reflet le plus parfait d’un phénomène de « réaction en chaîne ».

Les 18 points : le seuil de douleur du VIX
Le VIX s’inscrit dans un vaste mouvement de décrue en forme de vagues (concaves) successives : à l’échelle mensuelle, l’indice s’inscrit dans un vaste triangle équilatéral dont il teste maintenant l’extrémité, avec une droite de résistance issue des sommets historiques de novembre 2008 qui plonge désormais sous le seuil des 20.

En affinant un peu le tracé, il apparaît que le seuil de retournement se situé désormais vers 18, ce qui signifie que le moindre accès de nervosité suffira à déclencher des programmes de trading jouant et amplifiant la volatilité, avec un risque extrêmement élevé d’emballement au-dessus des 24. C’est-à-dire un rebond de +62% qui correspond précisément au ratio de Fibonacci.

Puis les objectifs seront 30 et 40 point dans la foulée… avec des conséquences d’une violence difficile à prédire sur les indices boursier à Wall Street.

Bref, soyez vigilant.
[Ndlr : et pour suivre au jour le jour les réactions des marchés et adapter votre portefeuille en fonction, écoutez tous les jours à partir de 16h00 les conseils de Philippe Béchade au 0899 88 20 36*]

*1,35 euro par appel + 0,34 euro / minute.
Depuis la Belgique : composez le 09 02 33110, chaque appel vous sera facturé 0,75 euro / minute.
Depuis la Suisse : composez le 0901 801 889, chaque appel vous sera facturé 2 CHF / minute.

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

4 commentaires pour “Le bal des requins… et comment rester en VIX”

  1. Avec mon petit Stock de VXX et VXZ suite au n°97 de MWEEK je cite de Mémoire, j’espère qu’un peu de Frayeur va revenir sur le S&P 500, Mille sabords !

  2. PS : en espérant que la Contagion gagnera aussi SHORT et XBEAR CAC 40, mais pas trop quand même, mais si un Tchernobyl se prépare, le Cours du Plutonium va baisser, il y en aura partout !

  3. […] se fait de plus en plus faible tandis que le consensus est devenu de plus en plus haussier – Philippe Béchade vous le disais encore vendredi dernier. En tant que contrarien, cela me rend évidemment prudent, voire pessimiste, et ce n'est pas sans […]

  4. […] VIX (-3,5% à 15,45 points ce mardi) au contact du plancher historique situé vers le seuil des 15. Nous vous en avions déjà parlé comme étant un des ressorts les plus utilisés. Ceci assure le rendement maximum pour des […]

Laissez un commentaire