VIX : le calme avant la tempête

Rédigé le 20 juillet 2012 par | Autres indices, VIX Imprimer

Etes-vous prêt à multiplier par 7 vos plus-values ?

Ce que vous allez découvrir pourrait potentiellement MULTIPLIER le moindre mouvement de cours, pour le transformer en gains ! Car avec cette méthode, la réactivité est immédiate.

Pas besoin d’attendre que les actions se reprennent, que l’économie revienne à la normale ou qu’une hypothétique « sortie de crise » se matérialise sur les marchés.

Découvrez vite comment appliquer ces trades à votre portefeuille…

Vous voulez vous couvrir cet été ? Non, je ne parle pas de la météo (quoique) mais bien des marchés financiers. A l’heure où le S&P 500 remonte en flèche, cela peut s’avérer opportun. D’ailleurs, à cet effet, j’ai repéré un produit particulièrement adapté pour protéger vos gains si vous avez profité du rebond.

Un actif historiquement « flooré » autour des 10%

Alors que le S&P 500 repart vers ses sommets annuels, l’indice de la peur, le VIX, rechute. Pas de mystère, l’indice de volatilité des options du S&P 500 est effectivement un bon baromètre du risque de marché et du stress ambiant. Comprenez quand les indices montent, le VIX baisse et inversement.

Aujourd’hui donc, notre VIX revient sur ses plus-bas.

VIX
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Techniquement, comme nous le voyons sur le graphique hebdomadaire suivant, nous pouvons identifier deux zones de support :

Le premier niveau n’a globalement jamais été enfoncé depuis le début de la crise des subprime. Pour revoir le second, il faut remonter à 2006 avec un CAC 40 autour des 6 000 points.

Les marchés sont béats

En fait, tout au long de la crise des subprime (depuis fin 2007), même dans les épisodes de rebond, l’indice n’a jamais cassé le seuil des 15%. Plus intéressant encore, historiquement, le VIX n’est tout simplement JAMAIS tombé sous le seuil des 10%… même au plus fort de la bulle Internet dans les années 2000. 15% et 10% sur le VIX : voilà donc les summums de la béatitude boursière.

Aujourd’hui, le VIX est autour de 16%. Vous vous sentez euphorique vous en Bourse ? Etrange non ?

Résumons-nous. En cette fin juillet, voilà ce que l’on peut dire :

Voilà pourquoi je pense qu’il y a un très bon risk/reward à se mettre « long » de volatilité dans ces deux zones. Le risque est bien connu (dans le pire des cas, chute d’environ 30% ; le VIX passant de 15 à 10%) ; mais à l’inverse, en cas de nouveau « couac » sur les marchés, un VIX qui remonterait sur les 30 voire 40% est tout à fait envisageable (soit plus de 100% de hausse donc par rapport aux niveaux actuels).

Cela pourrait s’avérer particulièrement payant… à condition d’avoir un bon produit.

Un tracker « perpétuel » sans échéance

Personnellement, je surveille pour mon nouveau service (une stratégie inédite pour avoir le meilleur risk/reward et rester zen dans ces marchés), un produit qui me semble intéressant. Il s’agit d’un tracker. Son nom, l’ETF « S&P 500 VIX Futures Enhanced Roll ». Ce nom un peu barbare est pourtant assez explicite. Ce qui est intéressant ici c’est qu’avec ce produit, on est exposé sur le VIX sans avoir les contraintes liées à un contrat future traditionnel. Il n’y a ni échéance et ni « rolls » (ces derniers sont automatiques). En effet, à l’expiration d’un contrat future, vous avez deux possibilités :

  • soit sortir de la position (avec le risque d’un prix de marché défavorable) ;
  • soit « roller » votre position. C’est-à-dire s’engager sur le contrat suivant (passez par exemple de l’échéance mars à l’échéance juin…). Mais cela a un coût.

Ici sur le tracker, comme son nom l’indique, le « roll » est réalisé automatiquement. Pas besoin de vous soucier de cela.

Comment évolue le prix de ce tracker ?

Comme vous le constaterez sur les graphiques historiques (par exemple ici), le tracker n’est que très rarement passé sous les 90 euros depuis sa création (en avril 2011). A fortiori, on peut donc dire que même en 2007, il aurait difficilement baissé sous les 80 euros. En extrapolant un peu, en 2006 quand l’optimisme général régnait, l’équivalent du fameux soutien historique des 10% sur le VIX, nous donnerait globalement un cours situé autour des 65 euros. A l’inverse, fin 2011, le cours du tracker était remonté à plus 180 euros pour un S&P 500 revenu alors sous les 1 100 points.

Le calcul est simple : un risque de perte compris entre 10/15% (le plus probable) voire jusqu’à 30% en cas d’euphorie (le moins probable) pour un reward potentiel de plus de 100% en cas de nouvel épisode de stress…

Personnellement je prends. C’est en tout cas l’un des trades que je vais surveiller pour mes abonnés… Pour nous l’été sera zen alors rejoignez-nous !

Mots clé : - - -

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

2 commentaires pour “VIX : le calme avant la tempête”

  1. […] au secours des régions en Espagne. Question de la sortie de la Grèce de la zone euro. L’été s’annonce encore agité sur les marchés. Chercher des actifs refuges va donc rester à la mode dans les prochaines semaines. Chaque classe […]

  2. […] notre traditionnelle pose estivale, je vous parlais dans ces colonnes du VIX qui allait probablement revenir dans une zone d’achat optimum. Et bien c’est chose […]

Laissez un commentaire