VICAT : ce « petit Lafarge » à découvrir

Rédigé le 7 février 2013 par | Mid et Small Caps Imprimer

« Petit Lafarge », « mini Lafarge »… les surnoms ne manquent pas pour qualifier VICAT (FR0000031775). Ce groupe cimentier français à l’envergure international produit des ciments (52% de son chiffre d’affaires), du béton et des granulats (32%). D’un point de vue boursier, il est six fois plus petit que son homologue et nettement moins connu. La faute sans doute à une méconnaissance du dossier de la part des investisseurs et à une liquidité plus que moyenne… Faisons le point sur ce dossier.

Un titre peu liquide

VICAT est une grosse mid cap. Cette société pèse 2,1 milliards d’euros mais son titre est moins liquide que d’autres sociétés semblables. Cela s’explique tout simplement par la faiblesse de son flottant, de l’ordre de 30% environ – la famille fondatrice détenant plus de 60% du capital.

Sur les cinq dernières séances par exemple, il s’est traité 3,5 millions d’euros sur la valeur et, sur un an, il se traite environ 170 millions d’euros. C’est environ 8% du capital par an, ce qui est vraiment très peu en termes de rotation. Un particulier (ou un fonds) peut toutefois se constituer une ligne sans difficultés particulières.

Le groupe fait de la résistance

Avec une légère hausse de 1,2% de son chiffre d’affaires, à 2,2 milliards d’euros, 2012 ne restera pas dans les annales du groupe. Si VICAT n’avait pas renforcé ses positions sur les pays émergents – suite à une longue phase d’investissement –, l’activité n’aurait sans nul doute pas été la même…

Ainsi la Turquie et l’Inde sauvent le groupe de la décroissance avec 19% du chiffre d’affaires réalisés dans ces pays. Dans cette zone, la croissance s’est montée à 27% l’an dernier contre, par exemple, un recul de 6,4% en France (39% du CA du groupe). Aux Etats-Unis, le groupe affiche une croissance de 18,8% mais le pays ne représente que 9% des ventes de VICAT.

La rentabilité devrait légèrement s’éroder, retombant autour de 6% en opérationnel contre 7,5% en 2011… Ce qui est normal au regard des événements égyptiens qui ont touché de plein fouet le groupe avec un recul de plus de 11% de l’activité annuelle. Soulignons également qu’en 2012 VICAT a souffert d’une légère progression des coûts de l’énergie, liée à une augmentation des tarifs de l’électricité dans certains pays. Rien de grave toutefois dans la mesure où les rentabilités devraient repartir à la hausse cette année.

Quel potentiel pour le titre ?

La Bourse n’a sans doute pas encore intégré tous ces fondamentaux, l’action perd encore 2% sur un an. Pourtant, il me semble que VICAT, à condition que les marchés se stabilisent, pourrait connaître une année boursière assez brillante.

Ses ratios sont loin d’être très élevés avec, par exemple, un PER de 11 ou encore un rendement de 3%. Je l’ai dit aujourd’hui sur Twitter, le potentiel de progression du titre est de l’ordre de 10%… mais je suis sans doute encore un peu trop conservateur.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

« Pour moi, cela ne fait aucun doute : pour gagner de l’argent en Bourse, il faut viser les small, et surtout les mid caps. » Eric Lewin

La plupart des informations dont Eric dispose ne peuvent pas être diffusées dans les médias. Or ces analyses essentielles pourraient vous permettre de profiter des meilleures opportunités de marché et viser des plus-values exceptionnelles !

Aujourd’hui, Eric Lewin a décidé de lancer sa propre lettre confidentielle d’investissement pour VOUS faire profiter de ses informations en exclusivité.

Pour en profiter sans attendre : c’est ici !

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire