Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Viadeo… La grenouille qui voulait être aussi grosse que le bœuf

Rédigé le 19 décembre 2016 par | Mid et Small Caps Imprimer

Il ne suffit pas de bomber le torse pour devenir une star des marchés financiers. Il vous faut démontrer au marché la pertinence de votre activité, de votre business model, et cela passe par les chiffres. Par les résultats. Il n’y a que cela qui compte, pour les investisseurs, une fois passé les paillettes de l’introduction en Bourse où tout le monde fait semblant de croire au modèle car tout le monde a de l’argent à gagner à voir le titre monter le premier jour de cotation.

Après, vous êtes seul avec vos résultats face au marché. Pas moyen de jeter de la poudre aux yeux des investisseurs. Viadeo (FR0010325241) vient d’apprendre cette dure et pénible leçon de la grenouille qui voulait être aussi grosse que le bœuf. Oui, Viadeo a ambitionné de concurrencer LinkedIn (60 fois plus gros en Bourse) mais n’a eu de cesse de se dégonfler depuis.

Quel gâchis !

VIADEO

Déjà, je n’y croyais franchement pas lors de son IPO, à l’été 2014. Le prix de 17 €, pourtant en bas de fourchette, était excessif: il valorisait l’entreprise autour de 171 M€, ce qui me semblait délirant car la société misait principalement sur la conquête des pays émergents, notamment la Chine, sans avoir démontré de savoir-faire probant sur son territoire national. La morgue de son fondateur, Dan Serfaty, refusant de répondre à certaines questions et méprisant ouvertement certains journalistes, ne me disait rien qui vaille.

Depuis, le groupe n’a cessé de perdre du CA et les pertes s’accumulent au point de représenter 23,30 M€ en 2015, soit quasiment 1 an de CA. La réalité s’impose alors au groupe : révision des ambitions internationales, arrêt des activités en Chine, départ de son fondateur remplacé par l’ancien responsable de PayPal Europe, rien ne fut épargné à Viadeo.

Les investisseurs ont d’ailleurs quitté le navire depuis longtemps… et la société ne valait plus que 10 M€ en Bourse avant sa suspension de cotation pour cause de placement en redressement judiciaire. Point final à ce fiasco non seulement économique, mais aussi boursier. La Bourse est parfois cruelle… mais pas injuste.

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire