Pourquoi je vends le CAC 40 ?

Rédigé le 20 septembre 2013 par | Analyses indices, Big caps, Cac 40 Imprimer

Conférence "A la recherche du rendement perdu"

L’évènement de la semaine était assurément le tant attendu compte rendu de la Fed de mercredi soir. Le consensus s’accordait sur une réduction du programme de rachats d’actifs de 10 voire 15 milliards de dollars. Jusqu’à présent, la Fed rachetait chaque mois pour 85 milliards de dollars d’obligations. Et bien cela va continuer, au même rythme. Dans ces conditions, autant dire que le mail que je transmettais à mes abonnés mercredi après-midi, quelques heures avant le verdict, intitulé : "une surprise à la hausse est-elle possible sur la Fed ?" aura été particulièrement approprié (seule une partie du mail est accessible pour des raisons de confidentialité). Au final donc, la Fed aura même été plus loin qu’attendu, en repoussant tout bonnement la fin du QE3. La question des taux d’intérêt a bien été un frein à toute réduction.

Il faut dire qu’avec un rendement des obligations à 10 ans US (TNote) passé de moins de 1,70% à près de 3% il y a deux semaines, les tensions sur l’immobilier ou les crédits hypothécaires commençaient à se faire sentir. La conséquence sur les marchés hier ne s’est pas fait attendre : l’euphorie.

Que dire des indicateurs de consensus ? Et bien ils passent tous en mode "alerte". Je vais prendre deux exemples.

– D’une part, le fameux "AAII Investor Sentiment Survey", dont je vous parle assez souvent. Cet indicateur de sentiment (accessible gratuitement sur internet) mesure l’opinion du "marché". Il sonde un panel américain de gérants et d’investisseurs afin de connaître leurs anticipations de marché. On mesure ainsi le pourcentage d’intervenants haussiers, baissiers ou neutres. Il paraît tous les jeudis. Voilà donc le dernier en date : celui d’hier, jeudi 19 septembre.

sondage

Jeudi de la semaine dernière, le 13 septembre, nous avions eu une nette progression (+10 points à plus de 45% donc). Hier, après la réunion de la Fed, le sentiment haussier baisse de 0,4 point, à 45,1%.

Or, la lecture statistique de l’indicateur nous dit que, l’extrême pessimisme tourne sous les 20% (comme en mars 2009 ou en mars 2003) tandis que l’excès d’optimisme se situe autour des 50/55%.

L’intérêt de cet indicateur est d’en faire une lecture contrarienne. L’idée étant que si tout le monde est haussier, tout le monde a déjà acheté et il ne reste plus beaucoup d’argent dehors pour alimenter la hausse future (l’inverse, à la baisse, fonctionnant de la même façon). Pour l’heure, nous ne sommes toujours pas dans un excès d’optimisme, mais l’humeur est clairement à la hausse. Il sera donc très intéressant de voir ce que donnera l’indicateur jeudi prochain : l’euphorie des marchés va-t-elle perdurer ou bien les investisseurs vont-il commencer à se poser de réelles questions quant à l’économie ?

– Autre indicateur allant dans le même sens : celui de l’Agefi (qui fonctionne statistiquement assez bien lui aussi). Voilà l’une de page parues dans l’édition matinale de mercredi matin, avant le verdict de la Fed le soir même. Si leurs indicateurs invitaient prudence avec un CAC venant juste de passer les 4 100 points, je vous laisse deviner la situation de cette fin de semaine après le gap haussier du CAC au-dessus des 4 200 points…

Et en parlant de gap justement, et pour en terminer là avec une analyse graphique rapide du CAC, voilà la situation de notre indice CAC.

Regardez le graphique de notre indice.

http://cdn.publications-agora.com/services/CFD/images/CAC40.jpg
Cliquez sur le graphique pour l’agrandir

Nous avons eu trois gaps consécutifs depuis deux semaines, tous pour le moment non comblés. Or, après un premier gap de rupture (survenu après l’apaisement en Syrie le 10 septembre), un gap d’accélération (lundi dernier avec le retrait de Mr Summers dans la course à la présidence de la Fed), puis enfin un probable gap d’essoufflement hier après la décision de la Fed, la théorie nous dit que les chances d’une correction sont grandes… surtout alors que, comme vous le constatez sur le graphique, le haut du canal ascendant de moyen terme est opposition.

Donc deux bons conseils :

  1. relisez l’article de Gilles Leclerc pour protéger votre portefeuille.

  2. Si vous voulez jouer la baisse de manière plus agressive, vous pouvez utiliser les turbos. Et si vous voulez être guidés dans vos positions et dans vos trades, rejoignez les investisseurs qui me suivent.

Mots clé : - - - - - -

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

Laissez un commentaire