Les utilities : le secteur qui gagne quelle que soit la décision de la Fed en décembre

Rédigé le 27 novembre 2017 par | Fed, Taux & Devises, Toutes les analyses Imprimer

utilitiesVendredi dernier, nous avons vu que la Fed risquait de relever ses taux même si je pense que ça serait une erreur monumentale. Et je vous expliquais qu’un secteur bien particulier était extrêmement corrélé aux mouvements des taux : les utilities.

Nous allons voir aujourd’hui comment vous pouvez jouer ce secteur en fonction des annonces de la Fed.

Le facteur le plus important, dans notre évaluation, est celui de la désinflation.

La Fed a un double mandat : favoriser la création d’emplois et maintenir la stabilité des prix. Selon la définition de la Fed, la stabilité des prix équivaut à une hausse des prix à la consommation de 2% d’une année sur l’autre. Cela est mesuré par l’Indice « core » PCE [NDR : ou déflateur des dépenses de consommation privée (inflation PCE)] et publié chaque mois par le Département du commerce américain.

(Au fait, vous allez beaucoup entendre parler des mesures d’inflation fournies par l’indice des prix à la consommation (CPI), et l’indice des prix à la production (PPI). Ce sont les derniers chiffres publiés avant la réunion du FOMC (Comité de politique monétaire) de la Fed, prévue le 13 décembre. Même si ces chiffres sont importants et si la Fed les étudie, ils ne sont pas déterminants. Ce sont Les chiffres de l’Indice « core » PCE du 30 novembre qui auront le plus d’importance, dans les estimations de la Fed).

Fed : mission accomplie pour l’emploi

Sur le volet des créations d’emplois, la Fed peut déclarer « mission accomplie » depuis deux ans. Elle pense que l’économie a atteint le plein emploi, ou presque. En attendant, l’économie continue de produire plus de 100 000 emplois par mois, ce qui est plus que suffisant pour absorber les nouveaux arrivants sur le marché du travail.

Selon le modèle privilégié par la Fed, la Courbe de Phillips, ce type de marché de l’emploi devrait produire de l’inflation. Et pourtant, il n’y a aucune inflation à l’horizon. En fait, pour la Fed, il n’y a eu que des mauvaises nouvelles, sur ce front, au cours de l’année écoulée.

En décembre 2016 et janvier 2017, l’inflation mesurée par l’Indice « core » PCE d’une année sur l’autre a atteint 1,9%, soit presque ce que voulait la Fed. La Fed s’est basée là-dessus pour relever les taux en décembre 2016, mars et juin 2017. La légère baisse enregistrée par l’Indice « core » PCE, début 2017, a été dédaignée par Janet Yellen, qui l’a jugée « transitoire« . Elle a donc relevé les taux.

L’Indice « core » PCE évolue dans la mauvaise direction

Mais cette tendance n’était pas transitoire. L’Indice « core » PCE d’une année sur l’autre baisse ou stagne depuis neuf mois. A l’heure actuelle, il affiche 1,3%, ce qui est loin de l’objectif de 2% de la Fed, et il persiste à évoluer dans la mauvaise direction.

La Fed voulait relever les taux quatre fois par an, par tranche de 0,25% lors des réunions du FOMC de mars, juin, septembre et décembre, jusqu’à ce que les taux aient atteint un niveau se situant aux alentours de 3,25%. A ce stade, la Fed pourrait se détendre, en sachant que les taux sont assez élevés pour pouvoir les abaisser considérablement, si nécessaire, en cas de nouvelle récession ou de crise des liquidités.

Cependant, comme nous l’avons dit, la Fed marquera une pause dans le relèvement des taux à chaque fois qu’un de ces trois éléments apparaît :

La Fed a marqué une pause en septembre dernier, en partie à cause des ouragans Harvey, Irma et Maria, et de leur incidence sur les perspectives d’emploi.

En fait, l’impact de ces catastrophes naturelles et des incendies en Californie a été transitoire. L’emploi a renoué avec une forte croissance en octobre, et la Fed reste disposée à relever les taux à nouveau en décembre. En ce moment, le marché estime à près de 100% les chances que cela se produise, en se basant sur les probabilités implicites émanant des contrats à terme « Fed Funds » qui s’échangent sur le CME.

La Fed tente de tuer le zombie désinflation

Mais, la désinflation a tout l’air d’un zombie qui ne meurt pas, malgré tous les efforts déployés par la Fed pour le tuer. Or si la désinflation persiste, la Fed devra marquer une nouvelle pause en décembre.

Nous verrons ce que révèle l’Indice « core » PCE pour le mois d’octobre, lorsque les chiffres seront publiés le 30 novembre. Personnellement, je pense que le chiffre sera faible, disons de 1,4%, voire moins. Cela devrait suffire pour que la Fed marque une pause en décembre, sur la voie du relèvement des taux.

Dans les deux cas, le actions du secteur des utilities sont gagnantes.

Les utilities : le secteur qui gagne quelle que soit la décision de la Fed en décembre

Mots clé :

Jim Rickards
Jim Rickards
Rédacteur en chef de Strategic Intelligence

James G. Rickards est le rédacteur en chef d’Intelligence Stratégique, la toute nouvelle lettre d’information lancée par Agora Financial aux Etats-Unis. Avocat, économiste et banquier d’investissement avec 35 ans d’expérience sur les marchés financiers de Wall Street, Jim est également l’auteur de Currency Wars et de The Death of Money, deux ouvrages devenus best-sellers du New York Times. Enfin, Jim est également chef économiste pour le fonds d’investissement West Shore Group.

Il est également rédacteur en Chef de Trades Confidentiels et Alerte Guerre des Devises.

En savoir plus sur le service d’Intelligence Stratégique.

Laissez un commentaire