Le dollar canadien menacé

Rédigé le 21 décembre 2009 par | Matières Premières Imprimer

Après vous avoir expliqué, la semaine dernière, que le dollar australien subissait un petit coup de mou, voyons aujourd’hui ce qu’il se passe sur le dollar canadien.

La reprise se dessine…

L’économie canadienne est une de celle qui tire le mieux son épingle du jeu en cette fin d’année. En effet après une année 2009 difficile qui a vu une contraction d’environ 2,5% de l’activité du pays, le pays semble prêt pour une reprise plus générale en 2010.

Fin novembre, le PIB du troisième trimestre est ressorti à +0,4%, renouant ainsi avec la croissance. La reprise que certains voient se profiler aux Etats-Unis est également une bonne nouvelle pour le Canada, partenaire privilégié des Etats-Unis.

L’immobilier affiche une belle situation avec une hausse des permis de construire accordés de 18% sur le mois de novembre, et l’emploi a vu 79 000 postes créés, ramenant le taux de chômage à 8,5%.

◊ … mais à quel prix ?!

En février dernier, le Premier ministre Stephan Harper n’avait pas hésité à mettre en balance la démission de son gouvernement en cas de rejet de son plan de relance. Il faut dire qu’après 11 ans d’excédent, le recours à la dette n’était pas évident pour les Canadiens (comme quoi, les mentalités ne sont pas partout les mêmes !).

L’enveloppe de 40 milliards de dollars (canadiens) fut principalement destinée à des allègements de charges pour les revenus modestes et à des dépenses d’infrastructures (pour près de 12 milliards).

C’est d’ailleurs principalement ce plan de relance et la politique à taux bas qui a permis au pays de maintenir une consommation intérieure raisonnable et qui a amorti la baisse d’activité due aux fortes chutes des exportations vers les Etats-Unis.

Mais le danger se nomme toujours Etats-Unis

Les exportations vers les Etats-Unis représentent 75% des exportations canadiennes dont l’économie reste ainsi chevillée au destin américain.

Et la forte hausse du Loonie (surnom donné au dollar canadien) n’arrange pas les affaires. En effet, la dernière publication de la balance commerciale a démontré une forte baisse des exportations au profit d’une hausse des importations.

Du coup, les autorités sont confrontées à un double problème : prévenir l’inflation qui se profile à l’horizon avec des indicateurs meilleurs qu’attendus, tout en évitant un resserrement monétaire avant les Etats-Unis… ce qui ne manquerait pas de faire exploser leur devise à la hausse et rendre moins compétitifs leurs produits.

USD/CAD: une configuration triangulaire

Techniquement, la paire se trouve dans une configuration triangulaire qui va nous permettre d’anticiper la prochaine tendance.

Graphique 4 heures USD/CAD

Graphique 4 heures USD/CAD

La rupture des 1,0650 à la hausse (ou bien des 1,0500 à la baisse) serait un signal assez fort. Je privilégie toutefois le scénario haussier qui permettrait à la paire de rejoindre les 1,0750 assez facilement, et donc de jouer la hausse.

[NDLR : vous pouvez vous aussi exploiter le plus grand marché financier de la planète, et générer des gains à répétition en suivant les conseils de Jérôme. Grâce à sa stratégie et à son système de trading dédié, vous engrangez des plus-values régulières sans prendre de risques inutiles. Pour découvrir cet immense marché et notre service ultra-performant, suivez le lien…]

Mots clé : - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Laissez un commentaire