USA : la productivité se contracte plus vite que le PIB

Rédigé le 4 mars 2016 par | Analyses indices, Autres indices, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

La productivité aux États-Unis s’avère « moins pire que prévu » au quatrième trimestre. Elle aurait chuté de 2,2% au lieu des -3% en première estimation, soit +0,7% en rythme annuel.

Les coûts salariaux ont également été revus en baisse à +3,3% pour ce quatrième trimestre. L’estimation était jusque là de 4,5% et de seulement +2,1% sur l’ensemble de l’année 2015.

Volatilité et tendances

Ces chiffres témoignent d’une grande volatilité, reflet de modes de calculs complexes et de scores établis par construction. Cela alimente l’impression que l’on peut faire dire à ces chiffres à peu près n’importe quoi d’une semaine à l’autre. Néanmoins, la tendance à la dégradation de la productivité se confirme au fil des trimestres.

Alan Greenspan a bien sa petite idée sur la question. L’ex-patron de la Fed indique, dans une interview donnée en début de semaine, que les taux négatifs envoient un mauvais signal aux marchés et aux agents économiques. En effet, ils préfigurent historiquement une récession.

Payer les emprunteurs (les Etats presque exclusivement… pour l’instant) ne les incite pas à réformer ni à investir. C’est encore plus vrai pour les entreprises, qui n’empruntent qu’en anticipant un retour sur investissement positif….

Si la demande se contracte et que la récession se profile à l’horizon, pourquoi investir ? Elles ont, en effet, commencé à jeter l’éponge pour se concentrer sur les stocks buybacks (rachats de titres) et l’optimisation fiscale. A terme, on peut même penser que les taux négatifs plomberont les marchés actions.

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire