Uranium : boom imminent

Rédigé le 6 septembre 2010 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Il y a un an, en juin 2009 plus exactement, L’investisseur Or et Matières recommandait l’achat d’une exploratrice or et uranium : Fronteer Development.

Du point de vue de l’uranium, les raisons d’investir étaient les suivantes :

« En avril, Fronteer vient d’acquérir Aurora Energy Resources, une exploratrice en quête d’uranium dans le Labrador. Les mesures indiquent 83,9 millions de livres d’uranium et 49,8 millions de réserves supplémentaires probables. Si le site est mis en production, il serait capable de délivrer 7 millions de livres par an. Cependant, un moratoire sur l’uranium verrouille la zone pour encore trois ans.« 

Un an plus tard, cette valeur est toujours dans notre portefeuille et elle inscrit une jolie plus-value latente de 93,95%. Et nous recommandons toujours de la conserver. Pourquoi ? Tout simplement parce que nous prévoyons un bel automne pour les minières.

Mieux encore, Jean-Claude Périvier a la conviction qu’un boom est en préparation sur le marché de l’uranium. Et il n’est pas trop tard pour en profiter. En effet, comme il nous l’apprend dans le dernier numéro de Défis & Profits :

« Comme l’ensemble des matières premières, le marché de l’uranium s’est littéralement enflammé entre 2006 et 2007 tirant ainsi les prix spot de la livre d’uranium jusqu’à 136$ en juillet 2007. Trop tôt, trop vite pour l’uranium… le cours s’est effondré avec la crise. Depuis 2008, il a dégringolé de 69% avant de se stabiliser vers 40$. Mais la donne a changé et le marché devrait fortement se reprendre à plus ou moins courte échéance. A n’en pas douter, un boom se prépare dans le secteur de l’uranium…

Regardons la situation de plus près. La Chine a une obsession : assurer son approvisionnement en matières premières au premier rang desquelles figurent les matières premières énergétiques. Actuellement, l’empire du Milieu stocke de l’uranium et en achète des quantités comme jamais par le passé. Bloomberg rapporte que selon Thomas Neff, physicien au MIT, la Chine va acheter cette année pas moins de 5 000 tonnes d’uranium — soit deux fois plus que ses besoins actuels ! En outre, selon la World Nuclear Association, la demande chinoise devrait progresser de 20 000 tonnes par an d’ici à 2020. Ce phénomène n’est pas circonscrit à la Chine. Au niveau mondial, la demande va grandissante.  L’Europe, les Etats-Unis redémarrent dans le nucléaire, des pays moyen-orientaux ou asiatiques qui souhaitent également s’équiper.

Conséquence : la situation actuelle ne permettra pas de servir tous les pays demandeurs ! En effet, pour des raisons économiques évidentes, le récent effondrement du cours d’uranium a sensiblement freiné l’ouverture de nouvelles mines. Attendez-vous donc à une pénurie au cours de la décennie actuelle. Le prix de l’uranium est condamné à monter devant ce futur déséquilibre offre/demande. Regardez ce qu’il se passe — sous la pression des acheteurs certes — face à une offre essoufflée : le prix de la livre était de 41,75$ le 5 juillet, elle est passée à 46$ le 31 juillet. Le début d’une tendance ? Selon les études de RBC Capital Markets, il devrait déjà bondir de 32% l’année prochaine. J’anticipe un cours spot à 65$ en 2011. La production devra donc nécessairement augmenter. En conséquence, lorsque le prix spot de l’uranium grimpera, le cours des compagnies minières rebondira. Autant bien choisir sa cible en tant qu’investisseur…« 

Si l’uranium et ses perspectives vous intéressent, je vous invite à lire cet article récemment publié dans la Chronique Agora : « La Chine sécurise ses approvisionnements en uranium sur au moins 10 ans : investissez comme elle » (1) et (2).

Pour le reste vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Mots clé : - -

Laissez un commentaire