La Bourse au quotidien

Analyses et conseils boursiers indépendants

Une semaine très… politique ! Qui va en profiter ?

Par Jérôme Revillier20 Sep 2016

Après le revers politique d’Angela Merkel, qui assurément marque un nouveau tournant dans la crise de gouvernance européenne, c’est la politique monétaire, cette fois, qui va tenir les marchés en haleine dans les prochains jours.

La semaine a repris de façon assez calme, avec encore et toujours le même questionnement qui fait vibrer les opérateurs : la Fed va-t-elle remonter ses taux ?

Lassant.

Non, bien évidemment, Janet Yellen ne vas pas remonter ses taux.

Mais alors, pourquoi les marchés se posent-ils autant de questions ?

La réponse est finalement dans la question

Le problème vient du fait que le marché ne voit pas quelle est LA bonne question à se poser et, du coup, manque de réponses pertinentes.

En réalité, avec des perspectives économiques américaines floues, c’est finalement dans les nouvelles projections que va publier la Fed que se trouve la clé qui permettra d’anticiper la tendance des prochaines semaines.

Mais se focaliser sur la Fed serait aussi une véritable erreur car d’autres banques centrales vont également se prononcer sur leur politique monétaire.

La Banque du Japon annoncera mercredi matin un éventuel (et énième) plan d’assouplissement. Le yen illustre parfaitement les craintes et le manque de crédibilité de la banque centrale. La devise nippone (USDJPY) reste la plus forte hausse de l’année sur le marché des changes malgré les multiples tentatives de Kuroda d’enrayer la spirale.

Les statistiques d’inflation publiées la semaine dernière sont également loin d’être convaincantes et illustrent aussi le manque d’effet de ces plans de relance.

Mais vous connaissez le principe : quand ça ne marche pas, on en rajoute ! Et là, tout semble réuni pour une nouvelle annonce extravagante des Japonais englués dans leur QE infini.

Toutefois, prudence si vous décidiez de jouer le repli du Yen, car plusieurs voix discordantes, du côté du gouvernement, ont appelé la BoJ à patienter pour voir ce que la Fed ferait. (Ndlr : C’est d’ailleurs ce que joue Jim Rickards : hausse de l’euro et du yen face au dollar).

Tiens donc …

Viendra ensuite le tour de la banque centrale Néo-Zélandaise (la RBNZ) de présenter sa politique monétaire ; elle devrait maintenir son taux à 2%.

Cette annonce, souvent effacée par la publication américaine quelques heures avant, devrait pourtant être une belle opportunité de travailler le kiwi (surnom du dollar Néo-Zélandais).

Ces dernières semaines, le dollar néo-zélandais a bien progressé et prend la tête des devises majeures sur un mois. La raison ?

De bonnes statistiques chinoises, partenaire commercial important, et un ton moins accommodant lors de la dernière publication de la RBNZ.

Toutefois, le PIB publié la semaine passée est sorti en-dessous des attentes à 0.9% alors que la dernière balance commerciale était loin du compte également avec une nette dégradation des exportations.

Exports Juillet 2016

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Résumons :

Les marchés craignent que la Fed ne sache pas les rassurer – tout comme Draghi n’est pas parvenu à convaincre lors de la dernière réunion de la BCE – ce qui mènerait de l’aversion au risque.

Au Japon, la hausse du yen semble ne pas pouvoir être freinée par les autorités puisque la cohésion du comité monétaire semble mise à mal.

La Nouvelle Zélande n’a aucun intérêt à laisser sa monnaie s’apprécier à nouveau.

On a notre trade de la semaine !

Aversion au risque et tendance de fond soutiennent le yen, pendant que le kiwi sera sous pression lors de la réunion de politique monétaire et qu’il est également très lié à l’appétit pour le risque du fait de son statut de « Commodity Currency ».

Aussi, sauf exploit rhétorique de Janet Yellen pour propulser les indices au plus haut, nous devrions assister à une correction sur NZDJPY.

Dans le cas inverse, l’impulsion haussière pourrait être tout aussi violente et profitable sur la paire.

Regardons les indicateurs pour mettre en place notre stratégie.

Le COT index à l’extrême

Les commerciaux sont massivement repositionnés à la vente, se protégeant ainsi d’une remontée du dollar NZD. Toutefois, un discours plus accommodant de la part de la banque centrale pourrait vite déclencher une vague de débouclage des couvertures, entraînant mécaniquement la baisse de la devise.

160920_cot_nzd_19092016

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Graphiquement, nous assistons à une phase de consolidation autour des 74 yens.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Comment gagner à tous les coups ?

Je propose de passer vendeur de la paire NZDJPY en cas de passage sous 74 yens avec un premier objectif vers 72,17 puis 69,50 en cas d’accélération.

A l’inverse, la zone de rupture à 76,10 invalidera le scénario baissier et enclenchera une stratégie d’achat sur cassure pour un retour rapide vers 79,40.

Comme vous le voyez, inutile de prédire l’avenir. Même si je privilégie la baisse, il faut savoir profiter également de tous les mouvements et avoir des stratégies de couverture.

Ce plan à deux entrées vous permettra d’être positionné dans tous les cas. Attention quand même à la forte volatilité à l’approche des annonces ce mercredi !

Bonne semaine,
Jérôme

photo auteur

Jérôme Revillier

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Voir les articles de Jérôme Revillier

Infos Bourse, News & Opportunités

Suivez nous sur Facebook

Retour en haut

Si vous souhaitez recevoir des informations en exclusivité sur les IPO, OPA, augmentations de capital et autres opérations financières des partenaires de La Bourse Au Quotidien, inscrivez-vous ici :