Une remontée des taux américains encore un peu plus retardée ?

Rédigé le 26 mars 2015 par | Matières Premières, Toutes les analyses Imprimer

Cette forte maxime émane de Charles Evans, le patron de la FED de Chicago : c’est un proche de Janet Yellen (peut-être si proche qu’il se fait souvent l’interprète de sa pensée).

Janet Yellen n’est donc peut être pas seulement hostile à l’impatience et attentive aux signaux économiques (tant que cela permet de justifier de rester « accommodant »), il est possible qu’elle considère également qu’une inflation à 2,5% vaut mieux qu’une hausse de taux prématurée, si on s’en tient à son interprète de Chicago.

Une hausse des prix de +2%, alors que les salaires stagnent, pourrait ne pas suffire à motiver un cycle de resserrement monétaire aux États-Unis. La remontée des taux pourrait donc encore un peu plus être retardée.

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire