Une dette peut en cacher une autre !

Rédigé le 27 juillet 2011 par | Autres indices, Matières Premières Imprimer

___________________________

Rédacteur de Fx Profit Trader ___________________________

_______________________________Pour vous aider dans vos trades________________________________

Déjouez la volatilité avec l’euro et le dollar !

La stratégie EURUSD de Jérôme Revillier affiche une performance de près de 30% depuis le 5 juillet 2010 tout en respectant une prise de risque faible de 2%.

 

Comment la mettre en place pour votre portefeuille ? Jérôme vous donne toutes les réponses ici.

____________________________________________________________________________________________________

La dette, une bête invincible La dette se nourrit de chaque plan d’aide, de chaque nouvel emprunt pour grandir, s’épanouir et ronger les espoirs d’un véritable changement.

La Grèce a menti, Goldman Sachs a falsifié les documents qui lui ont permis d’entrer en zone euro. Le pays était déjà en difficulté en 2001. Il n’est ni compétitif, ni armé pour le devenir.

Une dette est une dette. Et on ne parvient pas à éliminer une dette en empruntant encore plus. C’est juste du bon sens.

Un plan voué à l’échec On parle beaucoup des 158 milliards d’euros débloqués pour ce plan d’aide. Les deux tiers seront financés par le FMI et l’Europe, donc par des pays déjà endettés. L’autre tiers par le secteur privé. Et 15 milliards d’euros à la charge de la France : à votre charge.

Comme en 2001, pour leur entrée en zone euro, les Grecs ont encore fait avaler une couleuvre à la zone euro. Ils ont promis de faire des économies.

A feu et à sang Le plan d’austérité aura bien du mal à s’imposer, les rues sont prises d’assaut et les citoyens ne veulent plus payer pour les erreurs du passé.

Encore une fois, le bon sens nous dit que tant que la Grèce ne sera pas mieux structurée, toutes les aides du monde n’y feront rien. Tant que vous dépensez plus que vous ne gagnez, la suite est écrite et limpide.

Grèce/Etats-Unis, même combat J’exagère un peu. La Grèce n’en est pas encore au point des Etats-Unis. La Grèce ment, la zone euro ment mais moins que les Etats-Unis.

Le parlement va relever le plafond de la dette pour la 94e fois.

Imaginez demander 94 fois à votre banquier de relever votre découvert… et vous aurez une idée de l’absurdité de la situation.

Mieux, comme l’écrivait jeudi Isabelle, on évoque même la possibilité de retirer le plafond de la dette. No limit !

L’économie dans le rouge ! Vendredi matin, l’euro caracolait vers 1,44$ pour saluer le plan d’aide.

On oublie de fait les indices PMI des services et manufacturier désastreux, l’indice de confiance du consommateur européen en repli de 11 points. Depuis août 2010, le niveau n’a pas été pire.

Et bien sûr, le recul de l’indice IFO (anticipations des chefs d’entreprises allemands) qui repasse en dessous des 113 points n’est qu’un détail…

La focalisation sur la dette devient d’elle-même inquiétante pour la pérennité et la visibilité sur les marchés, illustrant l’émotivité des intervenants. On oublie que l’économie montre de vrais signes de faiblesse de plus en plus inquiétants.

Aux Etats-Unis, des rumeurs courent sur de nouvelles mesures de soutien à l’économie, une sorte de QE3 caché, alors que les statistiques continuent de décevoir. Hier, les déclarations hebdomadaires au chômage ont augmenté et les ventes de logements anciens ont chuté.

Quel impact sur les devises ? L’euro a ainsi progressé, alignant sa plus belle progression quotidienne depuis le 27 mai 2011.

Toutefois, la devise, en bleu sur l’image ci-dessous, continue de s’affaiblir face à toutes les autres monnaies.

Graphique: l'euro s'affaiblit face aux autres monnaies

Pour mieux illustrer cette chute, vous pouvez voir également en jaune la progression du franc suisse, valeur refuge par excellence. Sans équivoque.

Les regards se tournent désormais vers les Etats-Unis et l’échéance du 2 août. La pression devrait donc être sur le billet vert.

Techniquement, l’euro teste une résistance importante, tracée en bleu sur le graphique.

Graphique: l'euro teste une résisante importante

Cette figure de consolidation, illustre que nous sommes désormais à un point de rupture pour la devise européenne et le billet vert.

Nous surveillerons donc le dépassement des 1,4802 pour une accélération haussière.

A l’inverse, un nouvel échec sur 1,44/1,4480, ouvrira la voie à un nouveau retracement vers 1,3450.

C’est ce dernier scénario que je privilégie.

Bons trades.

[NDLR : vendredi 5 août 2011, apprenez gratuitement à maîtriser le Forex ! Jérôme Revillier vous invite à une journée de formation qu’il animera à Aix-en-Provence. Gestion des risques, Psychologie, Stratégie et Indicateurs ADXR pour capter la tendance… Jérôme traitera en direct devant vous le marché. Profitez-en c’est GRATUIT !]

Article publié pour la première fois dans L’édito matières premières & Co le 22 juillet 2011.

Mots clé : -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Laissez un commentaire