Une débâcle nommée INSIDE SECURE

Rédigé le 14 mars 2013 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Aujourd’hui, cher lecteur, j’ai envie de pousser un coup de gueule. Vous me pardonnerez l’expression mais, franchement, trop c’est trop. La débâcle d’INSIDE SECURE (FR0010291245) a vraiment le don pour me mettre hors de mois. En effet, depuis son introduction en Bourse il y a de ça un an, le parcours boursier de cette société est catastrophique – pour ne pas dire déplorable…

• Une IPO désastreuse

En février 2012, ce spécialiste de la conception et de la commercialisation de circuits intégrés et de logiciels embarqués destinés aux applications de paiement sécurisés entre en Bourse sur le Compartiment B du NYSE Euronext. Le succès est alors au rendez-vous. L’opération permet à la société de lever 80 millions d’euros avec un prix d’offre de 8,30 euros. Deux mois plus tard, c’est la douche froide, le groupe annonce qu’il ne sera pas en mesure d’atteindre l’équilibre, contrairement à ce qui avait été annoncé lors de l’IPO… Le titre s’effondre.

INSIDE SECURE (FR0010291245)
Cliquez sur le graphique pour agrandir

Bon je vous l’accorde, ce genre situations n’est pas si exceptionnel. Et d’ailleurs je vous en ai déjà parlé dans ces colonnes. C’est le principe qui consiste à rendre la mariée plus belle… pour pousser les investisseurs à participer en masse à l’opération. On gonfle ainsi ses prévisions économiques et financières afin d’obtenir la meilleure valorisation possible. Comme vous le savez, lorsque j’étais chez EuroLand Finance, je me suis occupé de très nombreuses introductions en Bourse. J’ai donc pas mal d’exemples en mémoire. Eh bien, à ce titre, sachez qu’INSIDE SECURE les surpasse tous. Revenir sur ce qui avait été annoncé lors de l’IPO en si peu de temps après la levée de fonds… je n’ai jamais vu ça !

• Des résultats annuels lamentables

La semaine dernière, le groupe a publié ses résultats annuels au titre de l’exercice 2012. Ils sont tout simplement catastrophiques – et je pèse mes mots ! Jugez plutôt : le chiffre d’affaires s’affaisse de 19,4% à 122 millions de dollars (oui nous sommes en dollar car la société s’exprime dans cette devise), la marge brute passe de 28 à 25,8%. A près de 30 millions de dollars, la perte opérationnelle a presque doublé tandis que la perte nette s’envole à 30,3 millions de dollars… Pas besoin d’avoir fait un Masters en Finance pour comprendre que c’est tout bonnement calamiteux. La sanction boursière a d’ailleurs été terrible. A la suite de ces résultats, l’action s’est littéralement effondrée (-30%) signant à la mi-séance, le 7 mars dernier, la plus forte baisse du CAC Mis & Small. Aujourd’hui le titre ne vaut plus que 2,51 euros…

L’avenir ne s’annonce pas des plus radieux. En effet, conscient des difficultés brutales rencontrées par ses principaux clients (Blackberry premier client avec 30% du chiffre d’affaires) et du décrochage du marché des puces de communication sans contact NFC, le groupe n’en mène plus très large et a annoncé l’abandon des prévisions de moyen terme. Si la visibilité se réduit, on sait d’ores et déjà qu’INSIDE SECURE n’atteindra pas ses 400 millions de dollars de chiffre d’affaires en 2014 et ne fixe pas de retour à l’équilibre…

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Aux plus-values de +306%, +165%, +300% ou encore +335% engrangées ces derniers mois, Mathieu Lebrun a ajouté de nouveaux gains de 29%, 64% ou 34%.

N’attendez pas pour profiter de ses prochaines recommandations ! Tout est expliqué ici…

• Quel est maintenant le plan de survie de l’entreprise ?

Au menu sont prévues des économies et une restructuration. Franchement, ce n’est jamais très bon signe. Déjà on évoque la suppression de près de 20% des effectifs mondiaux du groupe – soit environ 100 personnes sur un total de 470. Bien évidemment, le plan de restructuration aura un coût, il est estimé à 7 millions de dollars en 2013. A mon sens, il vaut mieux avoir des idées de développement ou de nouveaux produits avant de penser tout de suite à réduire la voilure.

Franchement si avec un tel panorama, vous avez envie de vous ruer sur l’action, c’est que vous avez le coeur bien accroché… Moi, je préfère ne pas toucher au dossier.

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire