Un “W”sur l’EUR/USD ?!

Rédigé le 26 mars 2009 par | Autres indices Imprimer

Bien, bien, bien…

C’est dans un contexte global de plus en plus erratique et tendu que je décide d’aborder le cas non moins épineux de la parité euro/dollar.

Tandis que les indices rebondissent assez sérieusement, que le pétrole reprend du poil de la bête, que l’or résiste très bien… nous ne savons plus où véritablement donner de la tête. A cela, vient s’ajouter une fluctuation totalement folle sur l’EUR/USD.

Aussi, avant de poursuivre, regardez le graphique ci-dessous :

Graphique de l'EUR/USD

Ce graphique fait très clairement apparaître une figure rare mais classique de l’analyse technique qui s’appelle « W »et qui se détermine, comme son nom l’indique, en prenant la forme de la lettre W.

Observons ensemble les mouvements qui ont pris place depuis juillet 2008 et qui contribuent donc à me faire envisager ce scénario en dessinant cette fameuse figure.

Etape par étape – De juillet à novembre 2008 : première branche En se replaçant dans le contexte de l’époque, cette période aura été celle d’un violent retournement sans précédent en faveur du billet vert. Les cours de l’euro/dollar auront chuté de plus de 23% en l’espace de quelques mois : vente de l’euro contre achat du dollar. On peut en partie expliquer ça par le phénomène de crise générale qui incitait alors les investisseurs à se renforcer en dollars comme valeur refuge. D’un point de vue technique, un tel phénomène inversait naturellement la tendance de fond qui passait de haussière à baissière. C’était sans compter la suite immédiate…

– De novembre à décembre 2008 : deuxième branche Premier coup de théâtre sur la parité, après une chute vertigineuse, c’est un rebond, historique lui aussi, qui a pris soudainement place, voyant l’euro reprendre pas loin de 20% sur le dollar. D’un point de vue technique, cette reprise brouillait alors les pistes, et la tendance de fond devenait alors bien délicate à choisir… d’autant plus que ce rebond ne pouvait se rapporter à aucun événement fondamental tangible : peut-être certains gros investisseurs qui voulaient alors se décharger un peu de leurs dollars.

– De décembre 2008 à début mars dernier : troisième branche Alors que le flou le plus total se mettait à régner sur l’évolution de la parité et que le dernier rebond venait remettre en cause la tendance baissière, nous avons vu une nouvelle chute des cours de plus de 15%. Nous sommes alors revenus sur la zone des plus bas précédents, entre les 1,2400 et 1,2500 ! On peut rapprocher cette période de celle de mauvaises publications de chiffres aux Etats-Unis, notamment concernant l’emploi… D’un point de vue technique… ai-je encore besoin de vous le dire ? Sans doute pas.

– Depuis début mars dernier: quatrième et dernière branche ? Vous pensiez être au bout de vos peines ? Que nenni ! Et la saga de l’EUR/USD se poursuit avec un nouveau rebondissement : +10% en faveur de la monnaie unique ! Certes, la Fed n’y est pas pour rien, et le programme de rachat de bons du Trésor américain a joué son rôle ici.

W ou ABC ? Cependant, d’un point de vue technique, une telle nouvelle reprise me met dans un cas de figure délicat, puisque deux hypothèses s’offrent alors à moi : celle du « W », ou celle d’une consolidation en « ABC ».

Mais, comme le montre mon graphique, l’hypothèse du « W » ramènerait la parité sur ses plus hauts historiques, autour des 1,6000. Un tel scénario impliquerait une reprise de l’euro et avec elle la poursuite du rebond sur les indices. Or, vous le savez sans doute, je reste encore très prudent quant à cette possibilité.

L’autre hypothèse, plus crédible et raisonnable sans doute, serait de dire que nous sommes dans une phase de consolidation en ABC qui aurait été initiée sur le point bas de novembre 2008.

Ainsi, la vague A aurait pris place jusqu’en décembre, avant que la vague B ne vienne la retracer quasi entièrement jusqu’à début mars dernier. Nous serions donc dans la vague C de ladite consolidation. Ce schéma est d’autant plus plausible que les dynamiques correspondent : vague A et C impulsives tandis que la vague B a été plus laborieuse.

Qu’en est-il dans l’immédiat ? Dans l’immédiat, quelle que soit l’hypothèse retenue, le scénario le plus probable est un nouveau test du plus haut de décembre situé sur la zone des 1,4700. Pronostic valable tant que le support clé situé sur les 1,2940 n’est pas nettement enfoncé. Ce niveau correspond au fort retracement classique de Fibonacci de 61,8% du rebond actuel.

Par la suite, il faudra faire en fonction du test des fameux 1,4700

– Si ce niveau est clairement dépassé, alors la théorie du « W » aura de fortes chances d’être finalement validée, et un retour sur les plus hauts historiques vers les 1,6000 ne pourra plus être écarté. – Si ce niveau contient les pressions de l’euro face au dollar, alors l’hypothèse de l’ABC sera plus raisonnablement envisagée, avec un nouveau regain du billet vert face à la monnaie unique européenne. Sous les 1,2940, énième test du palier des 1,2400-1,2500 à prévoir initialement.

Comment pouvez-vous jouer ce mouvement ? Puisque c’est une analyse à deux vitesses, que peut-on en conclure en termes d’investissement et de stratégie ? Dans un premier temps, jouez la hausse vers les 1,4700. Mouvement suffisamment ample pour intervenir via un produit dérivé (comme je m’apprête à le faire sur des turbos) sinon sur le cash.

Par la suite, attendez et observez le test de ce niveau clé : si le niveau tient, restez prudent, et achetez du dollar. Si, en revanche, le niveau cède, alors jouez la poursuite de la hausse de l’euro et vendez le dollar !

Mots clé : - - - -

marc-dagher
marc-dagher

Laissez un commentaire