Un rebond pas comme les autres ?

Rédigé le 24 mars 2009 par | Autres indices Imprimer

J’étais un des rares à faire preuve d’un peu d’optimisme ces dernières semaines dans mes derniers billets. Il y a deux semaines, je vous indiquais que les indicateurs de sentiments, le put/call ratio et le VIX, me confirmaient que nous avions fait un point bas, au minimum à court terme, le 9 mars dernier. Surtout, dès la fin février, à l’heure où certains s’avéraient chaque jour un peu plus catastrophistes, j’évoquais un rebond majeur du secteur bancaire dans les semaines suivantes, avec des objectifs compris entre 50 et 100%. Ceux qui m’ont suivi ne doivent pas le regretter…

◊ Comment ai-je fait ? Je n’ai fait que mon métier : suivre les principes de l’analyse technique.

Pour les traders actifs qui nous lisent, il était en effet très dangereux de rester short ces dernières semaines, de nombreux signaux montrant un essoufflement du mouvement de baisse — comme j’ai pu vous le détailler ici — et des signes avant-coureurs d’un rebond significatif. Et quel rebond ! Depuis mon billet sur le secteur bancaire, les composantes de celui-ci ont repris entre 40 et 50% !

Certes, il y a déjà eu ces derniers mois des rebonds dans le mouvement baissier, et la question sur toutes les lèvres lors du dernier salon de l’analyse technique samedi dernier où j’étais présent, était donc de savoir si c’était un simple rebond à court terme, ou le début d’un mouvement plus significatif, à moyen terme.

Graphique du CAC 40

Vous avez reconnu ci-dessus le graphique en données hebdomadaires du CAC 40.

Pour commencer rapidement par la situation à court terme, nous voyons que nous sommes maintenant proches d’une résistance au niveau des 2 840/2 860, que nous avons testée la semaine dernière et ce lundi. Une consolidation sous ce niveau est donc probable dans les jours qui viennent. Ce niveau correspond par ailleurs à l’ancien plus bas de l’année dernière, mais aussi à celui du mois de janvier en clôture, et à un gap baissier ces dernières semaines à 2 861 points.

Qui plus est, les indicateurs mathématiques à court terme notamment, confirment cette idée.

◊ Dans ce cas, pourquoi envisager seulement une consolidation, et pas une nouvelle accélération baissière ? En effet, la tendance à moyen terme reste baissière et elle s’inscrit, comme on le voit clairement sur mon graphique du CAC 40, dans un canal baissier depuis bientôt deux ans.

Le dernier rebond s’est fait proche du bas de ce canal baissier, lorsque nous étions à 2 465 points (en bas de canal plus précisément pour le secteur bancaire), et surtout très proche du support horizontal à long terme des 2 401 points, point bas de 2003.

Qui plus est, les indices américains étaient également proches de supports non négligeables sur le long terme. (Je reviendrai en détail sur la situation des indices américains dans mon prochain billet.)

Certes, une dernière jambe de baisse est possible avant de faire un dernier point bas dans ce mouvement. Mais je n’envisagerais ce cas de figure qu’en cas de cassure des récents plus bas à 2 465 points.

◊ Pourquoi ce rebond n’est pas comme les autres ? Mais vous l’aurez compris, cela me paraît peu probable (sauf événement exceptionnel) parce que nous avons réagi sur des supports importants, en bas de canal baissier, parce que les indicateurs de sentiments comme le VIX et le put/call ratio dont je vous parlais récemment m’indiquent que nous avons fait un point bas majeur depuis le point bas de l’année dernière, ce qui n’était pas le cas dans les derniers rebonds, et surtout pour un élément décisif : les volumes.

Ci-dessous le Dow Jones Industrial, et les volumes en données hebdomadaires :

Graphique du Dow Jones Industrial

Sur ces dernières années, le volume le plus important avait été enregistré lors de la semaine du 15 septembre 2008. Ça ne vous rappelle rien ? La faillite de Lehman Brothers bien sûr…

Or, fait remarquable, le volume de la semaine du 9 mars a quasiment égalé celui de la semaine du 15 septembre 2008, et celui de la semaine dernière l’a même dépassé. Cela montre la force de ce dernier rebond, avec une figure en « V bottom«  sur les prix, caractéristique de la force et de la violence de celui-ci.

◊ Regardez le 9/1 jour haussier Pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus par cet élément, les spécialistes des marchés américains aiment aussi regarder un indicateur nommé le « 9 contre un jour haussier« . Il signifie que 90% ou plus du volume de toutes les actions cotées sur le NYSE sont en hausse ce jour-là, ce qui n’arrive pas tous les jours, surtout en ce moment. Cet indicateur est intéressant, car il renforce la notion de volume et nous donne une idée du « momentum« , de la puissance d’un mouvement. Il existe d’ailleurs à la hausse comme à la baisse.

Or, ce type de journée a eu lieu à plusieurs reprises au cours du récent rebond.

Vous le voyez, si une consolidation n’est pas à exclure à court terme, de nombreux éléments militent en faveur d’un point bas significatif à moyen terme.

◊ Quels seraient alors les objectifs ? Pour revenir à mon graphique sur le CAC, ce qui est également intéressant, c’est le dépassement par le RSI à 14 semaines d’une oblique baissière contre laquelle il butait depuis le début de la baisse il y a deux ans, et sur laquelle nous sommes revenus maintenant nous appuyer, et qui devient donc désormais support pour les mois à venir.

Le niveau le plus important à observer dans les mois à venir est le retracement de 23.6% de toute la baisse depuis les 6 168 points, qui se situe à 3 338 points. Ce niveau coïncide, comme on le voit nettement sur le graphique du CAC, avec une zone de résistance horizontale majeure, juste en dessous des plus hauts de cette année à 3 426 points. Cette zone constitue l’objectif minimum du mouvement en cours à moyen terme.

Ces niveaux devraient d’ailleurs correspondre, s’ils étaient atteints, à un mouvement beaucoup plus marqué sur le secteur bancaire, qui continuerait à surperformer, et s’approcherait des objectifs donnés dans mon billet il y a un mois.

Bref, tant que les récents plus bas à 2 465 points ne seront pas enfoncés, et même si une consolidation est possible à court terme, beaucoup d’éléments techniques me permettent d’envisager que nous ne sommes qu’au début d’un mouvement plus significatif à moyen terme.

A bon entendeur… !

Mots clé : - - - - - - -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Laissez un commentaire