Un peu plus d’emplois, mais un peu moins d’inflation salariale : c’est « Goldilocks »

Rédigé le 9 juillet 2018 par | Statistiques et données macro Imprimer

La publication vendredi du NFP (rapport mensuel sur les créations d’emplois du Département du Travail) s’est faite sans grande surprise : l’économie américaine a généré 213 000 emplois (non agricoles) au mois de juin (10% de plus que le consensus de 195 000, et en progression de 10% environ par rapport au mois de mai à 244 000 contre 233 000 estimé initialement).

La seule petite anomalie réside dans le taux de chômage, qui a grimpé de 0,2 point à 4% alors qu’une stabilité à 3,8% était attendue… il est vrai que près de 600 000 Américains se sont remis à chercher du travail, espérant qu’une opportunité se présente.

La FED contrariée

Le chiffre peut-être le plus rassurant, c’est le revenu horaire moyen des salariés du privé qui stagne à +2,7% en rythme annuel, à 26,98$ : la barre des 27$ résiste toujours.

C’est probablement ce qui explique la nette décrue du dollar (vers 1,1750€) : les opérateurs avaient cru déceler la possibilité d’une accélération de la normalisation de la politique monétaire de la FED dans son communiqué de jeudi soir (le débat semble enterré pour quelques semaines !).

Cliquez sur le graphique pour l’afficher en grand

Plein emploi, tensions salariales : la FED y croit ou pas ?

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Mots clé : - -

Laissez un commentaire