Un enfumage bruxellois sur la situation de la Grèce

Rédigé le 2 février 2015 par | Autres indices, Toutes les analyses Imprimer

La bourse d’Athènes s’envole de +5% en début de matinée avec des banques gagnant +12% en moyenne : la BCE ne devrait pas suspendre son aide à la Grèce selon le vice-Premier Ministre grec.

Les marchés obligataires ne semblent pas partager cet optimisme avec des taux à « 3 ans » à 19%, du « 5 ans » à 15% et des taux longs qui restent fermement ancrés au-dessus des 11% (à 11,3%). Les gestionnaires d’actions ne veulent retenir que les « excédents primaires » de la Grèce et un redressement apparent de l’activité alors que tout cela n’est qu’illusion statistique et résulte d’un bidouillage des chiffres de la comptabilité nationale par Bruxelles (même Goldman Sachs n’a pas osé user de procédés d’enfumage aussi grotesques) comme la simple soustraction purement arbitraire des aides aux banques grecques (puisqu’elle vont tout rembourser à leurs créanciers publics et privés, n’est-ce pas ? ) ou la rétrocession au Trésor grec des plus-values virtuelles engrangées par la BCE sur la dette grecque (avant que les taux ne se remettent à flamber).

En ce qui concerne l’amélioration de la balance commerciale, elle résulte simplement du  fait que les grecs ne consomment plus rien tandis que les tarifs des hôtels/restaurants ont été allègrement relevés l’été dernier (mais les salaires n’ont évidemment pas suivi) !

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire