Twitter, en pleine crise de croissance, risque de se faire croquer

Rédigé le 16 février 2016 par | Actions, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Le titre Twitter (US90184L1026) a bondit de 10% en séance vendredi dernier, après avoir touché un plus-bas à 13,91$. Maigre consolation, me direz-vous ; car pour ceux qui sont investis sur Twitter depuis son Initial Public Offering (IPO) à 45$, en novembre 2013, le titre perd près de 70%.

Le réseau social Twitter a déçu

Twitter 16 février 2016

Il faut dire que le réseau social américain a beaucoup déçu.

Sans revenir trop en arrière, concentrons-nous sur l’exercice 2015 : n’arrivant pas à dégager des bénéfices, en panne de croissance, le groupe a rappelé son co-fondateur, Jack Dorsey, ancien PDG de l’oiseau bleu (Twitter) entre 2007 et 2010 et a supprimé environ 8% de ses effectifs pour pouvoir dégager des investissements et retrouver le chemin de la croissance.

Twitter perd des parts de marché

Au quatrième trimestre 2015, le réseau social comptait 320 millions d’utilisateurs actifs… chiffre identique au trimestre précédent… Et le premier trimestre 2016 ne devrait pas inverser la tendance. Si l’on remonte encore plus loin dans le temps, la croissance trimestrielle des utilisateurs atteignait encore 25% en 2011.

Pire, le groupe perd des parts de marché. En juin dernier, il était le troisième réseau le plus populaire sur les mobiles… Mais patatras ! En novembre 2015, Twitter reculait non seulement derrière Facebook et Instagram, mais aussi derrière Linkedin et Pinterest. C’est bien une panne de croissance que les investisseurs sanctionnent sur Twitter.

Vous me direz que si Twitter n’arrive pas à augmenter son nombre d’utilisateurs, il n’a qu’à les monétiser plus cher ! Oui, sauf que le groupe n’y arrive pas : il prévoit environ 590 à 610 M$ de chiffre d’affaires quand les analystes tablaient plutôt sur 629.

Comment Twitter peut-il réagir ?

Alors certes, Twitter réagit et a développé un nouveau système afin d’aider ses utilisateurs à rattraper les tweets publiés pendant leur absence. De plus, quasiment 10 ans après son lancement en mars 2006, le groupe veut augmenter la taille de ses tweets pour les passer de 140 caractères à 10 000 caractères. Le but recherché étant de maintenir les utilisateurs plus longtemps sur sa plate-forme pour leur proposer davantage de publicités tout en améliorant sa base d’utilisateurs… Un pari audacieux, mais bien difficile de prévoir quelle sera la réaction des utilisateurs, assez critiques pour l’instant…

Reste à se demander si toute cette histoire ne va se terminer par un adossement pour le groupe.

Avec une capitalisation boursière tout juste supérieure à 10 Mds$, le groupe commence à attirer le regard de quelques prédateurs. Ainsi, début février, il se disait que l’investisseur Marc Andreessen et la firme de private equity Silver Lake s’intéressaient à Twitter…

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire