Ankara abat un chasseur russe et consterne les marchés financiers

Rédigé le 24 novembre 2015 par | Toutes les analyses Imprimer

La chute des indices boursiers coïncide avec la survenue d’un grave incident militaro-diplomatique : la Turquie a abattu un chasseur russe à proximité de sa frontière (au-delà ou en deçà… la guerre de la désinformation habituelle commence).

Sachant que la Russie bombarde Daech et pas les Kurdes, l’initiative turque renforce l’impression d’un soutien objectif au terrorisme car lorsqu’un avion russe frôle ou viole un espace aérien occidental, cela donne lieu à une rafale de protestations, pas à une rafale de DCA ou à un tir de missiles antiaériens… et encore moins quand Moscou joint ses efforts à ceux de Paris et Washington pour lutter contre un ennemi commun.

Ankara ne semble pas poursuivre le même genre de priorité : on ne descend pas un « allié » dans la lutte contre Daech, on lui adresse éventuellement un avertissement, pas un missile.

Comme nous avons eu l’occasion de le souligner, la hausse quasi verticale des indices boursiers la semaine dernière en pleine escalade militaire constituait un pari risqué sur l’absence de tout « incident » et tout débordement du conflit au Proche Orient.

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire