TRSB s’introduit sur Alternext : devez-vous y aller ?

Rédigé le 10 novembre 2011 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

_____________________Pour vous aider dans vos investissements

5 valeurs d’avenir pour passer la crise !

Frédéric Laurent — gestionnaire de fortune de formation — vous propose une sélection exclusive de 5 valeurs d’avenir à garder précieusement au fond de votre portefeuille.

C’est une opportunité rare par les temps qui courent…

En plus : cette sélection, vous pourriez la recevoir en cadeau : découvrez comment
______________________

« La Bourse est faite pour les entrepreneurs. C’est un passage obligé pour lever des fonds et pour la notoriété ». J’ai enfin rencontré un P-DG heureux d’être coté !

A l’heure où les small caps se plaignent du désintérêt des investisseurs au point de vouloir sortir de la cote (comme récemment Maesa…), voilà que Philippe Guinchard, P-DG de TRSB (FR0010500793 – MLTRS), me dresse un panégyrique des marchés financiers.

J’ai rencontré M. Guinchard dans un café parisien très en vogue sur les Champs-Elysées à l’occasion du transfert de cette société informatique sur Alternext*« Nous sommes cotés sur le Marché Libre depuis 2007 et ce transfert nous permet de changer de dimension » précise l’homme fort du groupe. Il souhaite à cette occasion lever 4 millions d’euros (M euros). A quelles fins ? C’est ce que nous allons voir.

TRSB s’est développé essentiellement grâce à la croissance externe

« En 1997, nous étions positionnés sur l’assistance technique mais depuis nous avons beaucoup évolué » m’explique le P-DG. Aujourd’hui, TSRSB a trois activités :
– l’infogérance (45% du chiffre d’affaires) ;
– l’intégration de systèmes (20%) ;
– ou encore le développement applicatif (25%).

Et deux dates sont à retenir pour comprendre l’histoire de la boîte :
– 2008 avec l’acquisition de l’intégrateur Elonex : cela a permis au groupe de se positionner sur les infrastructures ;
– 2011 avec l’achat de Wyniwyg dans le secteur des applications.

« TRSB a intensifié sa stratégie de croissance externe ces dernières années au point de faire passer notre chiffre d’affaires de 23 M euros en 2009 à plus de 50 M euros cette année » précise Philippe Guinchard, souriant, de toute évidence assez fier de sa réussite sans être pour autant prétentieux.

Cette levée de fonds de 4 M euros servira à renforcer les fonds propres de TSRSB, lui permettant ainsi de continuer sa politique de croissance externe : « Je vise des acquisitions ciblées et assez petites » ajoute le patron du groupe.

Ce qui a créé une structure financière déséquilibrée

Pour l’instant, la structure financière de TRSB est assez déséquilibrée avec par exemple 3,1 M euros de fonds propres et 5 M euros de dettes nettes. Dans les dettes, figurent notamment 4 millions d’euros d’obligations convertibles souscrites par le FSI. « La conversion se fait à notre gré et non au gré du FSI » me confie-t-il alors que je l’interrogeais sur ce montage quelque peu alambiqué.

Il aurait été préférable, selon moi, de faire entrer directement le FSI en actions et non pas en obligations convertibles, génératrices d’intérêt et peu intéressantes pour l’émetteur. Mais là n’est pas le débat pour TRSB qui devait dégager une rentabilité opérationnelle autour de 6%, soit sensiblement le même niveau qu’en 2010.

Donc pour l’instant, pas mal pour une société qui a construit son modèle essentiellement à base d’acquisitions. Mais les objectifs de Philippe Guinchard sont très ambitieux. « Je vise 100 M euros de chiffre d’affaires d’ici deux ans, ce qui est jouable. N’oublions pas que notre activité a été multipliée par plus de quatre en cinq ans ».

Reste à savoir si cette stratégie de build up (croissance externe) ne va pas provoquer une dégradation de ses marges dans les prochaines années. Là est toute la question. Personnellement, je n’ai jamais assisté à une telle stratégie sans, à un moment ou un autre, constater quelques dégâts d’un point de vue financier. Mais là, ce n’est que mon avis !

Les modalités du passage sur Alternext

Logiquement, l’action a été suspendue de cotation (puisque cotée sur le Marché libre) sur un dernier cours de 15,80 euros. Cela représente donc une capitalisation boursière de 25 M euros… et une hausse de 370% en trois ans. Diantre.

Le prix par action sera compris entre 11,61 et 13,49 euros, soit une décote de 20% en milieu de fourchette. »Nous voyons beaucoup d’investisseurs institutionnels en ce moment et j’ai un bon feeling » m’indique Philippe Guinchard, qui verra sa participation actuellement de 94% fortement abaissée pour cause de dilution évidente. Si cela vous intéresse, je vous précise que cette offre, close le 15 novembre prochain, est également ouverte aux particuliers.

Faut-il maintenant y participer ?

Vous m’avez compris : je ne suis pas fana du modèle. Les ratios du groupe sur 2011 ne sont pas donnés avec par exemple un PER de 11,5 et une VE/ROC de 7. Mais sur 2012, si les prévisions sont exactes (mais le sont-elles vraiment ?), on obtient un PER de 7 et une VE/ROC de 5.

Donc à titre spéculatif, vous pouvez tenter quelques achats en passant des ordres en milieu de fourchette autour de 12,55 euros. Que cela reste une part infime de votre portefeuille. Je serais Philippe Guinchard, je sortirais en bas de fourchette pour rendre le dossier plus attractif.

NDRL : retrouvez tous les matins, dès 08h30, toutes les news et analyses d’Eric sur les small capsqui vont faire l’actualité du jour !

* Décryptage : Alternext
Alternext a été créée le 17 mai 2005 par Euronext pour les petites et les moyennes entreprises de la Zone euro. Il s’agit d’un marché non-réglementé. Les sociétés qui souhaitent entrer sur Alternext doivent présenter au minimum deux années de comptes.

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

4 commentaires pour “TRSB s’introduit sur Alternext : devez-vous y aller ?”

  1. […] vous rappelez que la semaine dernière, je vous ai parlé de TRSB suite à son projet de transfert sur Alternext. Je ne suis pas un fana du modèle comme je vous l’ai indiqué. Finalement ce transfert […]

  2. […] en ce moment Le transfert de TRSB (FR0010500793 – MLTRS) sur Alternext, dont je vous ai parlé le 10 novembre dernier n’aura finalement pas lieu. La société n’a pas réussi à récolter les 75% […]

  3. […] Les IPO sont difficiles en ce moment Le transfert de TRSB sur Alternext, dont je parlais le 10 novembre dernier n’aura finalement pas lieu. La société n’a pas réussi à récolter les 75% […]

  4. […] pas : ramassez tranquillement, et conservez. PS : le 10 novembre, je vous ai parlé de l’introduction en bourse de TRSB. Eh bien finalement, la société n’ira pas sur Alternext, faute de souscription. Je reviens […]

Laissez un commentaire