Trou d’air tellement révélateur sur les « GAFA » du luxe français

Rédigé le 10 octobre 2018 par | Actions, Analyses indices, Big caps, Cac 40, Indices, sociétés et marchés Imprimer

Recul des actionsLa dégringolade du CAC40 (-1,7% vers 5 225 points) constitue le revers de la médaille de l’envolée du secteur du luxe. Kering avait bondi de 330 vers 520€ de la mi-février à la mi-juin, et de 131€ vers 520€ en moins de deux ans, soit un quadruplement en seulement 23 mois… et demi.

Le CAC40 a brillamment surperformé Francfort, puis l’Euro Stoxx 50 grâce à nos quatre « GAFA » du luxe (LVMH, Kering, Hermès, L’Oréal) et la mécanique s’inverse désormais, assez logiquement.

Manque de liquidité du marché

Mais une chute de 10% sur Kering ou de 7,5% sur LVMH, cela jette une lumière crue sur un phénomène sur lequel je ne cesse de vous alerter : l’absence de liquidité du marché, aggravée par le regain de volatilité. Dans ce contexte, il est impossible de rééquilibrer les carnets d’ordres dans la mesure où les analystes et les gérants sont 100% haussiers sur LVMH ou Kering. Il n’y a donc pas de « vendeurs à découvert » susceptibles de racheter ces titres pour matérialiser leurs gains.

Enfin, quant à ceux qui se portent systématiquement sur les titres réputés les plus « liquides », bien convaincus de pouvoir s’offrir le luxe de liquider leurs positions sans faire décaler les cours, nous voyons ce que vaut cette théorie à l’épreuve des faits !

LVMH : un léger ralentissement de la croissance qui peut coûter cher

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Mots clé :

Laissez un commentaire