Trois règles à suivre pour investir sur les small caps

Rédigé le 12 décembre 2012 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Les mid caps surperforment largement les small caps depuis le début de l’année. Passant en revue les différents freins à la performance des petites capitalisations, je reste persuadé qu’il existe malgré tout de belles opportunités sur ce segment. Mais pour pouvoir transformer ces opportunités en argent sonnant et trébuchant, il faut, en amont, avoir un peu de méthode.

Je vous présente donc aujourd’hui trois règles à observer quand vous voulez investir sur une petite valeur.

Règle numéro 1 : connaître l’activité de l’entreprise
La première règle à observer avant d’investir dans une small caps découle du simple bon sens : connaître l’activité de l’entreprise. Soyez donc particulièrement attentif à :

1) Son positionnement par rapport à ses concurrents. Pour moi c’est fondamental. Tenez, prenons ARCHOS (FR0000182479), un cas d’école en la matière. C’est l’exemple type d’une société qui a de bons produits mais qui peine à faire le poids face à la concurrence de mastodontes comme APPLE — du coup les bénéfices ne sont pas au rendez-vous…

2) Sa branche d’activité. Dans le secteur informatique, par exemple, mieux vaut savoir de quoi il retourne. Une SSII ? Un éditeur de logiciels ? Une société spécialisée en R&D externalisée ? C’est important car les ratios n’ont rien à voir. On ne valorise pas de la même façon ALTEN (FR0000071946) et BULL (FR0010266601)… L’une dégage de fortes marges, l’autre de beaucoup plus faibles. Et c’est normal. Relisez mon explication sur les différences de rentabilité d’un secteur à l’autre pour bien comprendre qu’un ratio ne s’analyse qu’en fonction du secteur d’activité de la boîte.

3) Son implantation géographique. C’est important pour pouvoir évaluer la valorisation de la société dans laquelle vous souhaitez investir. Prenons l’exemple d’un équipementier automobile. Si cette société est très présente en Europe, elle vaudra beaucoup moins cher qu’une société dont le positionnement est fortement axé sur les Etats-Unis ou les pays émergents — zone géographique où la croissance est plus forte.

Règle numéro 2 : connaître ses principaux ratios financiers
Dans un second temps, penchez-vous sur les ratios financiers de la small caps qui vous intéresse — à savoir sa marge d’exploitation ou sa situation financière. Bien sûr, vous n’êtes pas là pour mener une grande analyse financière… ça c’est mon travail, notamment si vous suivez les recommandations de ma lettre confidentielle. Mais comme je ne peux pas suivre toutes les sociétés, vous êtes sans doute amené à effectuer vous-même cette démarche.

+306%, +165%, +300%…

Mathieu Lebrun sait dénicher les opportunités de gains… et sa performance globale (gains ET pertes compris, net de frais de courtage) de +65% est là pour en témoigner.

Profitez sans plus attendre de ses recommandations !

 

 

Prenons par exemple CYBERGUN (FR0004031839). La valeur s’effondre, perdant 76% depuis le 1er janvier. La première remarque qui vient à l’esprit est de se demander si un rebond n’est pas d’actualité… Mais, quand vous regardez les principaux ratios financiers du groupe, vous pouvez constater que l’endettement représente encore plus de trois fois les fonds propres et que le retour aux bénéfices reste très hypothétique. Un gearing supérieur à 300% invite à la plus grande prudence surtout dans ce contexte ultra-tendu concernant le crédit. N’allez donc pas sur ce genre de dossiers, encore beaucoup trop dangereux. Pour les marges, comparez ce qui est comparable en fonction du secteur et de la concurrence, comme je vous l’ai dit plus haut.

Règle numéro 3 : connaître ses principaux ratios boursiers
Enfin, troisième étape, passez en revue les principaux ratios boursiers de la valeur. Je pense notamment au PER, c’est-à-dire le ratio cours/bénéfice, ou encore le rendement du titre (son dividende). Je regarde particulièrement d’autres ratios comme la VE/ROC ou la VE/CA ; mais encore une fois, tout dépend du secteur d’activité et de la dynamique de croissance de la société.

Pour faire simple, retenez que plus le PER est faible, plus la valorisation est attractive — là encore, vous devez réfléchir à la notion « d’attractivité » car si le management n’annonce aucune stratégie positive mais un repli défensif… il est normal que la boîte soit peu attractive. Il faut donc considérer les ratios dans le contexte global de la stratégie de la société.

Par contre, je suis plus sceptique sur le rendement. Le dividende n’est pas pour moi un critère d’investissement dans la mesure où il peut être réduit d’une année sur l’autre. L’exemple de PAGESJAUNES (FR0010096354) est significatif en la matière. Voilà une société qui a habitué ses actionnaires à de forts rendements et qui décide de suspendre son dividende en raison d’une situation financière plus que délicate (même si la récente restructuration de la dette est plutôt une bonne chose)… Mais la suppression du dividende est l’une des principales raisons de la chute de plus de 36% de l’action depuis le début de l’année.

Voilà quelques conseils. C’est la base. Et si vous voulez approfondir le sujet, je vous invite à lire mes 4 règles pour ne pas se tromper de small caps dans des marchés tendus.

Première parution dans Small Caps Confidentiel du 29/11/2012.

Mots clé : - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire