Triple top sur le Nasdaq : en route pour la consolidation ?

Rédigé le 22 juillet 2011 par | Autres indices Imprimer

__________________________________________________________________________________________________

Tous les jours, et dès 16h00 au 0899 88 20 36* Philippe Béchade analyse pour vous les marchés, les rumeurs qui animent les salles de trading, et vous propose SA stratégie pour profiter ou contrer les mouvements boursiers
__________________________________________________________________________________________________

Nous évoquions, en début de semaine, le gigantesque différentiel de performance qui s’était creusé entre l’Eurostoxx 50 et le Nasdaq. Les pertes hebdomadaires ayant en effet été deux fois plus sévères sur le Vieux Continent qu’à Wall Street.

L’écart se creuse entre les US et l’Europe
Le phénomène s’est encore amplifié à l’issue des séances des 18, 19 et 20 juillet derniers : le Nasdaq Composite augmente encore son avance de +1,2%, ce qui lui permet d’afficher +28% sur un an exactement… contre +3% pour l’Eurostoxx 50.

A plus court terme aussi la surperformance est évidente : depuis le 1er juillet, le Nasdaq gagne +2,5% tandis que Paris perd -6% et Milan -8%.

Creuser un écart de 10% par rapport à certains indices européens en moins de trois semaines, ce n’est pas si banal. C’est même devenu exceptionnel depuis l’an 2000 et c’est carrément du « jamais vu » depuis mars 2003 : au fil des huit dernières années, les indices voient leurs évolutions respectives converger de façon de plus en plus étroite.

L’usage immodéré de la planche à billets par la Fed (et un nouveau Quantitative Easing promis aux marchés dès fin août) n’explique pas tout. La contre performance du CAC 40 mais également celles de Madrid, Bruxelles ou Amsterdam sont forcément révélatrices d’un malaise profond vis-à-vis des actifs libellés en euro.

Autant les investisseurs ne croient pas une seconde au défaut de paiement des Etats-Unis d’ici le 2 août prochain, autant l’hypothèse de « l’incident de crédit » concernant la Grèce apparaît hautement probable alors que les Européens s’écharpent sur la méthodologie et les moyens à mettre en oeuvre pour éviter que les agences de notation ne prononcent le verdict d’une faillite. (Remarquez, à l’heure où vous lirez ce texte, nous serons sans doute fixés, la réunion exceptionnelle ayant eu lieu hier.)

Mais il serait trop facile et réducteur de lier la bonne fortune du Nasdaq aux déboires de la Grèce et des PIIGS : ce n’est pas un pur système de vases communicants.

Les poids lourds poussent le Nasdaq à la hausse
L’indice composite obéit également à une dynamique qui lui est propre : son évolution des dernières heures démontre une nouvelle fois l’influence décisive du titre APPLE (US0378331005 – AAPL) qui voit son cours quadrupler en deux ans et franchir la barre des 400$. Sa capitalisation atteint les 380Mds$ et GOLDMAN SACHS lui prédit déjà un cours de 550$ d’ici à juillet 2012, soit une capitalisation supérieure à 500Mds$ qui serait alors la 1ère de la planète !

APPLE, c’est 20% des bénéfices dégagés par les actions du Nasdaq 100, et le titre compte probablement pour plus de 20% de la hausse de cet indice. Nous n’en sommes pas encore rendus à l’impact de NOKIA sur la Bourse d’Helsinki en 1999/2000 mais chaque mois nous rapproche davantage d’une influence indicielle hégémonique de la firme de Steve Jobs.

Les indices US sont maintenant revenus à 2% de leurs sommets annuels et peut-être les auront-ils retracés au moment où vous lirez cette analyse.

Cependant, nous attirons votre attention sur le fait que les superprofits d’IBM (US4592001014 – IBM), APPLE ou INTUITIVE SURGICAL (US46120E6023 – ISRG) – des titres ancrés dans une tendance haussière qui semble être invulnérable – ne sauraient éclipser totalement nombre de prévisions plus conservatrices émises par un bon tiers des entreprises ayant publié leurs résultats depuis une quinzaine de jours.

Le scénario du ralentissement économique qui affecte durablement l’Europe et les Etats-Unis n’est pourtant pas intégré dans les cours. Il y a toujours l’excuse de la croissance chinoise (supérieure aux estimations d’après les derniers chiffres publiés mi-juillet) et des émergents en général (Inde, Brésil, Mexique, Turquie, Indonésie).

Mais observez les performances des indices boursiers de ces pays et vous réaliserez vite que le tableau n’est pas aussi brillant que Wall Street feint de le croire : les indices affichent -7,5% pour Mexico, -4,5% pour Hong Kong, -10% pour Bombay… et zéro pointé pour Shanghai.

Il y a plus de chances que le Nasdaq consolide que de voir les indices européens rejoindre leurs sommets

_______________________________Pour vous aider dans vos trades________________________________

URGENT – ALERTE AU KRACH : c’est maintenant qu’il faut vous protéger!

2 menaces imminentes pèsent sur votre portefeuille, c’est donc le moment de ne pas prendre de risque avec vos investissements et de vous couvrir contre la crise souveraine de la zone euro.

Préparez-vous dès aujourd’hui au pire des scénarios en découvrant les deux risques imminents qui menacent votre portefeuille dans ce message…

____________________________________________________________________________________________________

Sauf à faire le pari de l’éclatement imminent de la zone euro et d’un scénario catastrophe sur les dettes souveraines (qui anéantiraient les fonds propres de la BCE), le différentiel de performance entre l’Eurostoxx 50, l’Eurotop 100 et le Nasdaq devrait commencer à se contracter. Et le Nasdaq Composite nous semble le plus susceptible de consolider à partir des 2 840 points testés le mercredi 20 juillet à l’ouverture.

C’est le graphique en données hebdomadaires qui nous apparaît le plus éclairant avec l’ébauche d’un triple top sous les 2 880 points.

Graphique: Nasdaq CompositePour agrandir le graphique, cliquez dessus

Il peut aussi s’interpréter comme une tête-épaules baissière (séquence 2 840/2 880/2 860 points). Ce scénario est corroboré par la lecture des oscillateurs techniques tels que le RSI et le stochastique qui dessinent un triple sommet déclinant, ce qui généralement ne pardonne pas.

Reste à identifier le niveau de rupture et les objectifs
Mais cette fois encore, sur un graphique journalier, les moyennes mobiles nous facilitent la tâche : Les MM50 et MM100 sont regroupées vers les 2 760 points.

Les enfoncer invaliderait la tendance haussière court terme avec en ligne de mire la MM200 qui gravite vers 2 650/2 700 points et marque la base du canal ascendant long terme.

Graphique: Nasdaq CompositePour agrandir le graphique, cliquez dessus

L’enfoncer validerait la tête-épaules ainsi qu’un objectif immédiat de 2 510 points (gap du 30 novembre 2010) puis plus vraisemblablement 2 421 points (gap du 12 octobre 2010) par la règle du balancier.

*1,35 euro par appel + 0,34 euro / minute.
Depuis la Belgique : composez le 09 02 33110, chaque appel vous sera facturé 0,75 euro / minute.

Depuis la Suisse : composez le 0901 801 889, chaque appel vous sera facturé 2 CHF / minute.

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Un commentaire pour “Triple top sur le Nasdaq : en route pour la consolidation ?”

  1. […] de l’Atlantique, vu la sous-performance chronique de nos indices – Philippe vous en parlait l’autre jour – le CAC 40 risque bien de revenir sur les plus-bas de l’année […]

Laissez un commentaire