Trading : il y a un écart entre la théorie et la pratique !

Rédigé le 12 juillet 2018 par | Trading, Bourse Imprimer

Une fois n’est pas coutume ! Aujourd’hui, je vais vous parler un peu de moi… Car je ne sais pas si c’est la chaleur ambiante (bien qu’elle soit un peu retombée dernièrement), l’achat de ma maison (avec tous les « à côtés », le montage financier, les rendez-vous bancaires, le notaire, etc.) ou encore l’organisation de mon déménagement ce week-end (surtout avec deux enfants en bas âge, dont un qui sort d’une infection pulmonaire), mais toujours est-il que ces derniers jours n’ont pas forcement été des plus calmes pour moi. Et par expérience, je sais que ce genre d’accumulations ne fait pas forcément bon ménage avec le trading…

Pour autant, avec du recul, j’ai le sentiment d’avoir vu juste sur plusieurs points. Sur l’or noir tout d’abord.

Je vous parlais du WTI jeudi dernier. Après la publication des stocks hebdomadaires de pétrole aux Etats-Unis, statistique au résultat pour le moins surprenant dont Philippe Béchade vous parle dans son article du jour, les cours du brut ont commencé à tirer à la baisse, nous permettant de faire un take profit rapide sur nos achats de turbos put. Le solde de cette position vendeuse courait depuis la fin de semaine dernière… Jusqu’à mardi après-midi. En effet, avec la nouvelle poussée des actifs à risque sur laquelle je vais revenir, le « stop zéro » que nous avions replacé est venu se déclencher d’un rien. Regardez ce que j’écrivais à mes abonnés pas plus tard que mardi soir.

Pour agrandir l’image, cliquez dessus

Le turbo put (de code mnémonique 891FZ) a bondi de près de 40% avec la chute du baril hier. Un peu agaçant alors que j’ai été sorti la veille d’un iota… Et mon sentiment de frustration est d’autant plus accentué que cela correspond pratiquement « pile poil » à la zone tampon que je surveillais sur le WTI (à moins de 5 centimes près !) et sous laquelle les cours se sont cassés les dents.

La lourde rechute du CAC

Et comme un malheur ne vient jamais seul, comment ne pas évoquer le cas du CAC, dont je vous parlais avant-hier ? Après six séances de hausse d’affilée, l’indice phare était repassé au-dessus des 5 400 points et nous étions dans le type de configuration que j’affectionne en termes de risk/reward. Avec une résistance en approche et une inertie linéaire antérieure, des critères majeurs étaient réunis.

Comme je le pressentais, le retour de bâton ne s’est pas fait attendre avec la baisse de 1,5% d’hier…

En cohérence ce que je vous écrivais mardi, j’avais recommandé un put sur le CAC ce jour-là. Sauf que le trading n’est pas théorique ! Entre la théorie et la pratique concrète et réelle, il peut en effet souvent y avoir de légers « décalages » aux conséquences notables et j’ai pu le constater à mes dépens.

Les vendeurs ont pour le moins été fébriles hier à Paris, avec la menace de nouvelles taxes sur les importations de produits chinois aux Etats-Unis qui a fait décrocher les marchés américains dans la nuit de mardi à mercredi.

Ce nouveau coup de bambou de Donald Trump était difficile à prévoir et dans des marchés plus « normaux », il ne faudrait pas faire de l’overnight ou prendre un tweet intempestif du président américain pour une validation de signal…

Je vous avoue que je préfère perdre de l’argent sur une mauvaise anticipation que de ne pas en gagner comme cela a été le cas avec les « manqués » du WTI et du CAC.

C’est frustrant d’un côté, mais de l’autre, en y réfléchissant bien, ces deux épisodes malheureux ont le mérite d’illustrer la pertinence de mon approche.

Voilà en tous les cas l’une de ces « tranches de vie » du quotidien de mon service d’alerte SMS qu’il me semblait intéressant de vous faire partager…

DAX : un rebond (pas du ballon) de court terme est possible !

Mots clé : - - -

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

Laissez un commentaire