TOUPARGEL ne séduit plus les investisseurs

Rédigé le 4 mars 2013 par | Mid et Small Caps Imprimer

Comme vous le savez, je ne retiens jamais le rendement d’une action comme critère d’investissement prioritaire. Il est en effet évident qu’un versement de dividende n’est jamais assuré ad vitam aeternam. En effet, une valeur dite de rendement en année n peut ne plus l’être du tout en année n+1. C’est ce que l’on a récemment vu sur Pages Jaunes (FR0010096354). Le groupe, qui avait pourtant habitué ses actionnaires à de forts rendements, a annoncé il y a tout juste un an la suspension de sa politique de dividendes au moins jusqu’en 2015. Et ce, jusqu’à ce que sa dette nette retrouve un niveau correspondant à 3 fois l’Ebitda annuel du groupe.

Cette année c’est au tour de TOUPARGEL (FR0000039240) – le spécialiste de la livraison à domicile de produits surgelés et numéro trois européen dans son activité – de déclarer que son conseil d’administration ne proposera pas de versement de dividendes à l’AG du 25 avril prochain. Pourtant, avec 1 euro par action distribué jusqu’en 2010, le groupe se distinguait par son rendement élevé. Mais, depuis les choses se sont gâtées…

Entre 2010 et 2012, la rentabilité de TOUPARGEL s’est nettement dégradée. Jugez plutôt : en 2010, le bénéfice net part du groupe se chiffrait à 12,8 millions d’euros, en 2011 il passe à 8,1 millions d’euros avant de tomber à 4 millions d’euros en 2012. La faute à une conjoncture bien morose qui contraint le groupe à procéder à des offres commerciales plus importantes qu’à l’ordinaire. Et à cela vient, bien évidemment, s’ajouter le scandale du « chevalgate » qui malmène actuellement tout le secteur des produits surgelés à base de viande. Roland Tchenio, P-DG de TOUPARGEL, avouait ainsi que le chiffre d’affaires du groupe avait reculé entre 10 et 15% à partir du 12 février…

Résultat de ce contexte économique peu favorable ? Le groupe, qui avait déjà réduit son dividende à 0,40 euro par action en 2011, n’en distribuera absolument pas au titre de l’exercice 2012. Une douche froide pour ceux qui croyaient encore au dossier. Mais y en a-t-il encore vraiment ? C’est ce que l’on peut légitimement se demander lorsque l’on regarde le parcours boursier d’un titre qui lâche plus de 50% sur 1 an et 70% sur 3, le tout pour une capitalisation boursière ramenée à 50 millions d’euros. Voulez-vous savoir le vrai problème que me pose cette dégringolade ? Eh bien c’est que, malgré tout, le titre reste encore assez cher avec un PER de 14 et une VE/ROC de 10.

Cela d’autant qu’au regard d’un newsflow bien médiocre, il n’est vraiment pas intéressant d’acheter la valeur aux cours actuels. Autre élément qui corrobore ma pensée, la société de Bourse Gilbert Dupont, spécialisée sur les small et mid caps, vient d’arrêter tout suivi du titre en raison de sa faible liquidité et de sa faible capitalisation. Faute d’analyse, cela signifie que les gérants vont également de moins en moins suivre la société.

• Alors quel avenir pour TOUPARGEL ?

Avec un flottant limité à 13%, il semblerait logique que la direction de TOUPARGEL pense à sortir de la cote. Ce serait assez normal dans la mesure où l’action s’est effondrée et qu’il n’y a d’ailleurs peu de raisons d’espérer un rebond. Par ailleurs, avec un gearing de l’ordre de 8%, la situation financière du groupe est saine. Il n’a donc pas besoin de lever des fonds. Nul doute qu’une telle opération se ferait au-dessus des cours actuels… Mais sans cette éventualité, l’avenir s’annonce assez maussade pour le groupe.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

« Pour moi, cela ne fait aucun doute : pour gagner de l’argent en Bourse, il faut viser les small, et surtout les mid caps. » Eric Lewin

La plupart des informations dont Eric dispose ne peuvent pas être diffusées dans les médias. Or ces analyses essentielles pourraient vous permettre de profiter des meilleures opportunités de marché et viser des plus-values exceptionnelles !

Aujourd’hui, Eric Lewin a décidé de lancer sa propre lettre confidentielle d’investissement pour VOUS faire profiter de ses informations en exclusivité.

Pour en profiter sans attendre : c’est ici !

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire