Les tops et les flops du S1 2014 (1)

Rédigé le 22 juillet 2014 par | Actions, Indices, sociétés et marchés, Mid et Small Caps Imprimer

Ces colonnes prendront la semaine prochaine leurs quartiers d’été – oui nous faisons une courte pause estivale du 28 juillet au 15 août. Je voudrais donc profiter de ce moment pour faire un bilan du premier semestre écoulé avec mes désormais traditionnels tops et flops.

Comme d’habitude, l’idée est de vous indiquer les trois valeurs qui ont agréablement surpris les investisseurs et celles qui les ont franchement déçus. Je laisse volontairement de côté les biotechs car ce n’est pas ma tasse de thé même s’il y a eu de vrais succès avec Cellectis ou encore Genfit.

Commençons donc par les bonnes surprises…

ITS Group : +83% depuis le 1er janvier

Cette petite société informatique a connu un superbe parcours boursier, entraînée par la spéculation dans le secteur avec les opérations type Sopra-Steria ou encore Atos-Bull.

ITS Group (FR0000073843) possède en outre des qualités intrinsèques comme de très solides résultats. Son chiffre d’affaires 2013 a par exemple progressé de 24% à 115 millions d’euros pour une marge nette de 3,2%. Certes ce n’est pas encore exceptionnel mais il faut savoir qu’en début d’année l’action se payait sur un PER d’à peine 9. Actuellement, la valeur semble à son prix avec un PER de 16.

Il est par ailleurs possible qu’une opération financière ait lieu sur ce genre de sociétés. Elle est très bien gérée avec notamment un gearing de 29% et connaît un début d’année sur les chapeaux de roue avec par exemple un doublement de son chiffre d’affaires sur le premier trimestre avec, il est vrai, l’intégration des activités d’Overlap.

Je ne suis pas acheteur sur ces niveaux car l’action est correctement pricée… Mais, en cas de forte baisse, il faudra vraiment commencer à se poser des questions.

Groupe Fnac : +52% depuis le 1er janvier

Rappelez-vous… Quand la société est revenue sur le marché il y a plus d’1 an à 22 euros, bon nombre de spécialistes n’y croyaient pas. Ils ont eu raison dès les premières cotations avec un titre tombé à 14,60 euros. Il a quasiment triplé depuis cette date, avec notamment de bonnes nouvelles sur les résultats 2013.

Les efforts de restructuration de Groupe Fnac (FR0011476928) ont en effet porté leurs fruits avec un bénéfice net de 15 millions d’euros succédant à une perte de 142 millions d’euros en 2012. La société a réussi à sortir également un free cash flow positif de 48 millions d’euros tout en parvenant à réaliser 55 millions d’euros d’économie.

Un modèle se met en place, basé notamment sur une meilleure articulation entre vente en boutique et vente en ligne et le développement de nouveaux produits. Par exemple, la Fnac vient d’annoncer l’inauguration d’un magasin vaisseau amiral sur les Champs-Elysées, entièrement dédié à la téléphonie et aux objets connectés.

Il faut toutefois rester assez prudent car il faudrait d’autres catalyseurs pour que la hausse se confirme et s’amplifie eu égard à son impressionnant parcours boursier.

Groupe Guillin : +50% depuis le 1er janvier

On ne parle quasiment jamais de ce fabricant d’emballages plastiques alimentaires, pourtant, Groupe Guillin (FR0000051831) fait partie des leaders européens du secteur.

Cette société mérite vraiment d’être connue, tout simplement parce qu’elle réalise des résultats en tout point remarquables. En 2013, par exemple, si son chiffre d’affaires a quelque peu stagné à 473 millions d’euros, elle a tout de même augmenté son résultat opérationnel de l’ordre de 7,1% à 37,6 millions d’euros. Cela fait une marge opérationnelle de l’ordre de 8% et, franchement, c’est très bon dans le secteur.

Communiquant assez peu si ce n’est pour le strict minimum (résultats ou acquisitions), Groupe Guillin n’est pas très liquide alors que, pourtant, il y a pléthore d’actionnaires. De plus, le titre ne me semble pas encore trop cher avec notamment un PER de 10 aux cours actuels.

Encore une fois dans des marchés difficiles comme actuellement, il faut sans doute s’armer de patience et attendre un nouveau repli des cours pour se positionner.

Pour la première fois en 25 ans de carrière, Eric Lewin…
… vous recommande d’investir dans cette bulle !
Découvrez pourquoi il remet exceptionnellement en question un principe auquel il n’a jamais dérogé tout au long de sa carrière : il suffit de cliquer ici…

Mots clé : - - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire