Tops et flops du CAC40 : quelle tendance pour 2018 ?

Rédigé le 22 décembre 2017 par | A la une, Analyses indices, Cac 40 Imprimer

Sur le front boursier, 2017 a bien évidemment eu son lot de déceptions. Lorsqu’on regarde les performances boursières des valeurs du CAC40 sur un an, Carrefour – dont le plan Bompard se fait attendre – et Publicis, qui doit impérativement se repositionner dans le numérique, sont les mauvais élèves de la cote cette année. Notons également l’asthénie profonde dans laquelle est plongé Sanofi, en mal de catalyseurs après l’échec de la commercialisation de son vaccin contre la dengue (Dengvaxia) aux Philippines à un moment charnière où sa division diabète est en proie à un fort ralentissement.

Mention passable pour les banques qui n’ont pas fait d’étincelles dans un contexte de taux bas, plutôt préjudiciable pour l’activité de banque de détail.

Les secteurs et valeurs qui ont brillé en 2017

Malgré tout, heureusement, certaines valeurs s’en sont sorties avec brio. L’activité du luxe, d’abord, qui continue de surperformer l’ensemble des secteurs, dopée par une classe chinoise moyenne toujours plus friande de sacs, de montres et autres produits très haut de gamme. Kering, en raison du repositionnement stratégique réussi de Gucci, est la star de cette année boursière sur le CAC40.

CAC40

Mais, le secteur qui s’est montré le plus dynamique cette année reste sans conteste le secteur technologique.

De nouveaux thèmes sont apparus et ils sont en passe de devenir incontournables dans le paysage économique mondial : cybersécurité, robotiques, Internet des Objets, cloud, big data et autres intelligences artificielles… Et, d’autres secteurs seront aussi copieusement alimentés par leur essor, l’industrie 4.0 en tête.

De plus en plus connectées, de plus en plus intelligentes, nos méthodes de production dépoussièrent l’industrie traditionnelle pour arriver au but suprême : l’amélioration de la productivité et l’autonomie.

2018 : vers un PEA techno

Bien évidemment, nous avons d’ores et déjà commencé à nous positionner sur ces thèmes. Et nous continuerons à le faire l’année prochaine. Clairement, en 2018, nous serons plus que jamais des investisseurs « techno ». Bien évidemment, je vous rassure tout de suite, nous ne serons pas « mono secteur » pour autant. Notre terrain d’investissement est vaste et il serait dommage de ne pas en profiter. Néanmoins, nous choisirons nos valeurs à travers le prisme du développement technologique. Nous privilégierons celles qui, sans être forcément des valeurs technos, placent la technologie au coeur de leur stratégie. Et ce, quel que soit le secteur.

Tenez, prenons Valeo que nous avons dans notre portefeuille PEA. C’est un équipementier automobile, a priori, on ne peut plus classique. Il fleure bon l’industrie traditionnelle. Sauf que non. Au-delà des apparences, le groupe est tourné vers l’innovation. Début décembre, par exemple, le magazine Auto Moto, lui a décerné l’un de ses awards de l’Innovation 2017 pour son Cyber Valet Service, son service de voiturier virtuel. La voiture augmentée (électrique, connectée, autonome), est un thème très porteur que je surveille de près.

IA et Usine 4.0

Grâce aux applications que permet l’intelligence artificielle (dont le marché, selon le cabinet Tractica, pourrait atteindre les 11 Mds$ d’ici à 2024), les usines vont se révolutionner – je vous ai parlé de la « quatrième révolution industrielle », appelée Usine 4.0. Cela devrait pousser la productivité française à la hausse, de 20%, d’ici à 2035. Bien sûr nous garderons un oeil très appuyé sur la cybersécurité. Selon Gartner Group, ce marché devrait progresser de 8% en 2018, affichant plus de 96 Mds$ – avec notamment de vives hausses en perspective dans les solutions de protection des infrastructures ou encore des équipements de protection réseau.

Comme vous pouvez le constater, nous ne pouvons pas nous permettre de passer à côté de secteurs aussi prometteurs. Et, j’en suis certain, ils ne manqueront pas de dynamiser votre PEA. Pour savoir quelles valeurs mettre dans votre PEA, suivez ma sélection et mes conseils tout au long de l’année !

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias, conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management, responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance, consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Mots clé : - -

Laissez un commentaire