Tokyo : une tendance haussière en acier trempé… mais pourvu qu’il ne sorte pas de chez Kobe Steel !

Rédigé le 13 octobre 2017 par | Asiatiques, Toutes les analyses Imprimer

L’actualité est incontestablement japonaise ce matin, avec un saisissant télescopage entre l’euphorie boursière et un scandale touchant Kobe Steel qui prend une ampleur planétaire.

Kobe SteelAvec une chute de -5,5% du sidérurgiste ce vendredi, vous n’auriez pas donné cher des chances de voir la Bourse de Tokyo briller de mille feux (de hauts fourneaux !) ce matin, mais le Nikkei ignore tout ce qui peut entraver le rally haussier entamé le 2 octobre dernier.

L’indice bondit +0,95% à 21 155, il engrange +2,25% depuis vendredi dernier, il aligne 9 séances de hausse consécutives : il engrange +850 points, ou +4%, depuis le 29 septembre sans jamais avoir consolidé ne serait-ce que de -0,1%.

Le Nikkei s’est même hissé jusque vers 21 200 ce matin durant quelques minutes, inscrivant sa meilleure marque depuis 21 ans pour se rapprocher à 6% de son zénith des 22 500 de juin 1996 (au rythme actuel, il sera retracé avant la mi-novembre !).

Et pourtant, le Japon est affligé par un nouveau scandale : après la condamnation de TEPCO (l’opérateur qui gère notamment la centrale de Fukushima) en milieu de semaine pour dissimulation d’information et mise en danger de la vie d’autrui, c’est au tour de Kobe Steel de faire la une des médias avec le scandale des contrôles qualité truqués.

Kobe Steel reconnaît avoir falsifié la qualité de métaux tels que l’aluminium ou le cuivre vendus par exemple aux groupes français Airbus, PSA, Renault, mais également Boeing et Rolls Royce (moteurs d’avions), Intel, ainsi qu’une trentaine de groupes dans le monde.

L’ampleur des irrégularités (caractéristiques physiques « enjolivées ») reste à déterminer, mais le coût de la fraude pourrait être colossal s’il était avéré que les milliers de tonnes d’aluminium livré à Airbus, Boeing, Rolls Royce ne répondait pas aux normes minimum de résistance ou que le cuivre affichait des niveaux de conductivité inférieurs aux attentes.

Kobe Steel se déclare « écrasé par la honte » mais pourrait surtout se voir écrasé par les pénalités et les pertes de commandes émanant de ses 200 clients industriels à travers le monde.

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire