Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Toile de fond économique : vers un automne en gris foncé

Rédigé le 8 novembre 2016 par | Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Profession : rabat joie ! C’est parfois le reproche fait à certain de nos rédacteurs qui ne peuvent s’empêcher de rester en prise directe avec le réel quand les marchés s’évadent dans paradis artificiels, bien alimentés en drogue monétaire par les banques centrales et en sondages bidons à quelques heures de scrutins décisifs.

Comme il n’y a que de mauvais choix, il ne saurait y avoir de bons résultats à l’issue des présidentielles qui se déroulent ce mardi aux Etats-Unis. Mais peut-être qu’on pourrait se rassurer avec de bons chiffres économiques pendant que les américains votent ?

Eh bien non, c’est raté !

La Chine continue d’envoyer des signaux alarmants : les exportations ont chuté de 7,3% en octobre (après -10% en septembre). Si les importations ont reculé dans des proportions plus modestes (-1,4%), la demande intérieure n’en demeure pas moins déprimée.

Mais la Chine continue dégager des excédents, ce qui n’est pas le cas de la France. Le déficit commercial français s’est creusé à 4,77 Mds€ en septembre (plombé par un net repli des exportations) après -4,2 Mds€ en août.
Sur les 9 premiers de l’année 2016, le déficit cumulé atteint -36,7 Mds€, soit +10% par rapport à 2015 (et aucune amélioration en vue avec le rebond des matières premières).

Mais la France pourrait peut être compter sur la vitalité de sa principale partenaire, l’Allemagne, revigorée nous explique Angela Merkel par 1,5 M de migrants accueillis en deux ans. Mais là encore, c’est raté : la production industrielle allemande chute de -1,8%, sa plus forte baisse mensuelle depuis août 2014 (alors que la veille, les commandes à l’industrie avaient été annoncées en baisse de -0,6% en octobre au lieu d’un léger rebond attendu).

Alors franchement, il y a plutôt intérêt à ce qu’Hillary remporte une victoire nette et sans bavure, sinon la toile de fond conjoncturelle risque d’en déprimer plus d’un à Wall Street. Les couleurs chatoyantes de l’automne tournent prématurément au gris foncé cette année.

Mots clé : - - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter 

Laissez un commentaire