TF1 se déchaîne !

Rédigé le 18 septembre 2009 par | Big caps Imprimer

Est-il vraiment nécessaire de présenter LA première chaîne de notre Hexagone ?

Certes pas.

La réputation de cette entreprise audiovisuelle n’est plus à faire.

Ce qui est désormais intéressant est de savoir quelle est la stratégie de la chaîne hertzienne pour pouvoir se développer dans des temps plus qu’incertains.

En effet, la crise a frappé de toutes parts, mais plus particulièrement dans les secteurs média, publicité et communication.

Aussi, la bataille est rude et sévère dans cet « univers impitoyable » (pour reprendre la devise d’une des vieilles séries cultes qui ont pu faire le succès de la chaîne) et les parts d’audience se disputent comme une miette de pain entre de nombreux oiseaux. N’oublions pas ici que près de 60% du chiffre d’affaires de TF1 provient des recettes publicitaires !

Pour ma part, il me semble que le plus délicat pour ce secteur d’activité est de savoir se diversifier sans pour autant se disperser. Et c’est là que tout va se jouer, pour TF1 comme pour les autres.

Maintenant, vous me connaissez, je vais m’attardez sur la partie qui m’intéresse le plus, la partie technique. Et c’est un assez bel exemple en la matière que nous offre le graphique de la première chaîne française. Voyez plutôt :

TF1

Une large consolidation en ABC

Depuis les sommets historiques de février 2000, les cours ont nettement dessiné une large consolidation en ABC. En effet, le rebond initié début mars dernier est désormais bien trop important (les prix ont pris environ 160%) pour ne pas avoir mis un terme au mouvement baissier qui avait démarré sur les sommets de novembre 2006. De là à être aujourd’hui sûr et certain de la reprise de la tendance haussière de long terme, il y a encore un pas que je ne saurais franchir…

Un décompte propre A l’instar de mon dernier billet sur Apple, on peut observer ici également un décompte elliottiste modèle :

– une première grande vague A impulsive en cinq temps traditionnels clairement définis ;

– une grande vague B étendue dans le temps, presque plane, en trois temps classiques également, avec en son sein une vague B qui a pris place sous forme d’un triangle exemplaire (noté abcde) ;

– une grande vague C très nette et sans bavure aucune, toujours en cinq temps, et proportionnelle aux centimes d’euro près à la grande vague A.

En effet, comme je viens de vous le dire, il est assez remarquable de relever que, sur le long terme, 100% de la grande vague A projetée en grande vague B et, sur le plus court terme, 100% de la vague 3 (de la grande vague C) projetée en vague 4 donnent le même objectif autour des 5 euros. Niveau qui représente, à 7 centimes près, le point bas de la grande vague C telle que je l’ai dessinée aujourd’hui.

◊ Que me disent les indicateurs ?

Eh bien, là encore, tout va bien : ma moyenne mobile fétiche à 21 périodes est largement repassée ascendante après avoir joué le rôle de forte résistance durant les deux grandes vagues baissières A et C.

En parallèle, le RSI, sur une base bihebdomadaire, regagne le territoire positif et s’affranchi nettement d’une oblique de résistance baissière de long terme qui était en place depuis le début des années 2000 ; enfin, ce retournement de l’indicateur de « force relative » a eu lieu en pleine zone de survente.

Tous ces éléments plaident donc là aussi pour mon scénario optimiste.

Après repli, viser une nouvelle hausse de 88%, voire 126%

Ainsi, je joue la poursuite du rebond actuel.

Aussi, après un repli initial vers des 10,60 euros (retracement classique de Fibonacci de 38,2%), histoire de digérer la seconde jambe du rebond actuel, j’attends un nouvel élan haussier important.

Tant que le seuil clé des 9 euros (soit le dernier overlap) n’est pas clairement enfoncé, une nouvelle vague d’appréciation devrait mener la valeur sur l’objectif principal situé sur les 20 euros : ce niveau correspondant non seulement au fort ratio de 61,8% de la grande vague C mais également à la base du large triangle qui avait jadis contenu les pressions acheteuses, entre septembre 2001 et fin 2005 !

Par la suite, si ce niveau parvient à être nettement dépassé, on pourra viser le palier suivant, situé sur les 24 euros, et correspondant à la fois à l’overlap de la vague 1 (de la grande vague C) et à la fois au dernier ratio de retracement de Fibonacci de 76,4% de la même grande vague C.

Alternativement cependant, l’enfoncement des 9 euros remettrait en cause mon scénario haussier, et conduirait tout droit au test de l’ultime support situé sur les 6,50 euros.

Sous ce niveau en revanche, il n’y aura plus grand espoir pour les cours de l’action TF1, sinon peut-être le joker du coup de fil à un ami… si ce dernier à la chance d’être très fortuné !

Mots clé : - - -

marc-dagher
marc-dagher

Un commentaire pour “TF1 se déchaîne !”

  1. […] l'instar de mon dernier billet sur TF1, on peut observer ici également un décompte elliottiste […]

Laissez un commentaire