Tesla, tout ça pour ça…

Rédigé le 27 août 2018 par | Actions, Big caps, Indices, sociétés et marchés Imprimer

Tesla (US88160R1014-TSLA), dont la capitalisation boursière est retombée autour de 54 Mds$, sera l’une des valeurs à suivre cet après-midi à Wall Street. Au terme de l’un des feuilletons boursiers de l’été, son fantasque PDG, le milliardaire Elon Musk, a en effet indiqué vendredi soir que le fabricant de voitures électriques premium restera finalement en Bourse.

Désireux de s’affranchir de la surveillance et de la réglementation contraignante de Wall Street, le dirigeant avait pourtant rapporté il y a moins de deux semaines avoir entamé des négociations avec le fonds souverain saoudien (PIF) et d’autres investisseurs en vue d’un retrait de la cote. Un peu plus tôt ce mois-ci, il avait par ailleurs acheté les positions des actionnaires minoritaires à un cours de 420$ par action, soit un montant colossal de 71 Mds$.

Cliquez sur le graphique pour l’afficher en grand

D’abord très sûr de lui dans sa communication, Elon Musk (qui détient 20% de Tesla) a toutefois perdu de sa sérénité et de sa superbe ces derniers jours, alors que deux financiers qui spéculaient sur un effondrement boursier de Tesla ont déposé plainte contre lui, suspectant une manipulation des cours. Le magnat a également révélé avoir frôlé le burn-out dans une interview récente au New York Times qui a généré des interrogations quant à l’état psychologique de ce magnat stakhanoviste (il travaille 120 heures par semaine).

Last but not least, Elon Musk et Tesla font actuellement l’objet d’une enquête de la SEC (Security and Exchange Commission), le gendarme boursier américain, qui cherche à faire la lumière sur un tweet du dirigeant dans lequel il garantissait le financement du retrait de la cote.

Le scepticisme des marchés l’a emporté

Le scepticisme persistant des marchés aura finalement eu raison de son projet. « Presque tous (les investisseurs) sont restés avec nous depuis notre introduction en Bourse de 2010, lorsque nous n’avions aucune voiture en production et seulement une vision de ce que nous espérions être. Ils croient fermement dans notre mission constituant à faire progresser l’énergie durable et accordent une grande importance à notre succès », a expliqué Elon Musk dans un billet sur son blog. Et d’ajouter : « Compte tenu des commentaires que j’ai reçus, il est évident que la plupart des actionnaires existants de Tesla pensent que nous sommes mieux lotis en tant que société cotée […] Bien que la majorité des actionnaires avec qui je me suis entretenu aient déclaré qu’ils resteraient avec Tesla si nous devions sortir de la cote, le sentiment, en résumé, était « s’il vous plaît, ne faites pas cela » ».

Indépendamment des raisons de ce rétropédalage, consécutif à une réunion jeudi avec le conseil d’administration, les fameux vendeurs à découvert qu’Elon Musk n’a eu de cesse de fustiger ces dernières semaines devraient s’en donner à cœur joie.

Quant au patron de Tesla, qui pourrait donc être épinglé par la SEC, il serait inspiré de revoir sa communication… En commençant peut-être par tourner sept fois sa langue dans sa bouche au lieu de tweeter à tout-va.

Pour l’heure, la réaction du titre sera suivie de près à l’ouverture à New York ; et si vous cherchez des valeurs certes moins connues, mais plus à même de faire grossir votre portefeuille, je vous invite à cliquer ici sans tarder !

Elon Musk contre les « short sellers » de Tesla, nouveau coup de théâtre à -10%

Guillaume Duhamel
Guillaume Duhamel

Guillaume Duhamel suit l’actualité boursière au quotidien depuis plus de 5 ans. Historien diplômé de l’Université de Paris IV-Sorbonne et journaliste de formation, passé également par le sport et le développement durable, il voue un intérêt particulier aux small et midcaps, ainsi qu’aux secteurs de l’énergie et de l’aéronautique

Mots clé : - - -

Laissez un commentaire