Technologie, industrie, santé… quels sont les secteurs les plus attractifs ?

Rédigé le 9 octobre 2012 par | Mid et Small Caps Imprimer

Pour répondre à cette question, rien de mieux que le système GARP, qui aide les investisseurs à sélectionner les sociétés qui, littéralement ont une forte croissance, à un prix abordable.

Retour sur le GAR

Le GARP (pour Growth At a Reasonable Price) est basé sur l’analyse qualitative. Tout comme le ratio PEG, c’est Peter Lynch qui a popularisé cette gestion dans plusieurs livres à la fin des années 1990 et au début des années 2000 – dont les fameux One Up on Wall Street et Learn to earn.

Cette méthode est un système hybride de sélection de titres cotés en Bourse, à mi-chemin entre la gestion Value et la gestion Growth dont je vous ai déjà parlé.

Voici un diagramme représentatif de la gestion GARP :

En clair, avec cette méthode, l’investisseur cherchera à intégrer des titres qui sont encore abordables tout en faisant apparaître des perspectives favorables. C’est donc une méthode d’investissement à la croisée d’une gestion « offensive/dynamique » et d’une gestion « sécurisée/bon père de famille ».

Les critères de sélection

  • Les critères pour les sociétés Growth sont : la croissance (ventes, bénéfices), le momentum (timing, dynamisme, tendance) et la profitabilité.
  • Les critères pour les sociétés Value sont : les ventes, les multiples de bénéfices, le cash flow, la valeur comptable (book value) et les dividendes.

Voici les huit critères sélectionnés dans la méthode GARP pour chaque type de gestion (Growth et Value):

En fonction de tous ces éléments, on détermine alors la notion d’attractivité. Pour ce faire, il conviendra de chercher à retenir uniquement des sociétés qui offrent un potentiel de croissance au-dessus de la moyenne et qui ont une valorisation abordable, en excluant les sociétés trop valorisées avec une faible croissance.

Les secteurs les plus (et les moins) attractifs…

Du point de vue de la tendance générale, une analyse GARP de Goldman Sachs du 2 octobre 2012 met en évidence l’attractivité des secteurs technologiques.

Voici les résultats des critères de sélection GARP par industrie :

Il est à noter que, dans ce schéma, chaque secteur est positionné en fonction des critères établis dans le tableau précédent comparé à la moyenne de l’indice S&P 500.

Quels sont les secteurs à privilégier ?

Parmi toutes les industries, les technologies de l’information, les matériels d’équipement, la santé puis les banques offrent un bon compromis pour leur attractivité entre leur valorisation abordable et leur croissance soutenue.

Quels sont les secteurs à éviter ?

Toutes industries confondues, les produits de consommation, les utilities et l’énergie sont les secteurs que les investisseurs devraient éviter en raison d’une croissance faible et d’une valorisation élevée.

Le bon compromis : Les pharmas et les technos !

L’analyse des résultats par sous-secteur laisse apparaître une lecture plus fine, confirmant le relevé sectoriel précédent. Les valeurs technologiques sont une nouvelle fois plébiscitées pour leur croissance. On note aussi l’apparition du secteur de l’exploration pétrolière.


Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Les sous-secteurs qui subissent le plus un environnement dégradé et pressurisé, la hausse des cours du pétrole et une baisse de la demande sur leurs marchés respectifs, devraient être les plus touchés même si leur valorisation n’a pas été des plus atteintes pour l’instant. On trouve donc en ce moment la grande distribution, l’électricité, lest et les utilities qui sont manifestement des secteurs à éviter.

Les sociétés pharmas sont à la croisée des chemins à l’heure actuelle : entre une valorisation abordable et une croissance soutenue – au même titre que le secteur des machines industrielles d’ailleurs. Mais, à la différence du secteur industriel, les pharmas jouissent d’un profil défensif, contra-cyclique. C’est aussi pour cette raison que les investisseurs estiment que le secteur de la santé est en général un bon compromis sur le long terme, car ce secteur bénéficie d’une capacité de résistance aux aléas économiques (tendance démographique, accès aux soins et vieillissement de la population expliquent ce phénomène).

Sans surprise, le secteur qui offre aux investisseurs les plus fortes perspectives de croissance est celui des valeurs technologiques. Au premier rang desquelles on trouve les biotechs, l’informatique/Internet et les semi-conducteurs. Les sociétés informatique/Internet continuent de faire tourner la tête des investisseurs, soutenues par les grandes stars de la techno – regardez les plus-hauts historiques atteints par GOOGLE (GOOG-Nasdaq) et APPLE (AAPL-Nasdaq) au mois de septembre.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

OPPORTUNITE SUR TECHNOS ET BIOTECHS :

Ce n’est pas pour rien que nous avons lancé une lettre d’investissement exactement positionnée sur ces deux grands secteurs en forte croissance : les technos et les pharmaset plus précisément les biotechs. Nos analystes choisissent des leaders, ou bien justement des petites pépites qui sont en passe de valider leurs protocoles auprès de la FDA… Explosion des cours en vue !

Et surtout, ne ratez pas cette opportunité : nous avons détecté une biotech qui pourrait bien exploser de 300% lorsque la décision de la FDA tombera avant la fin novembre. Placez-vous vite.

Certes, ces sociétés se paient plus cher que la moyenne des autres secteurs… mais vues leurs perspectives de croissance, ces secteurs devraient continuer d’offrir malgré tout de véritables opportunités aux investisseurs… Et il en est de même pour les biotechs. En raison d’un potentiel de croissance important et malgré un niveau de valorisation élevé, le secteur biotech paraît particulièrement attractif et encore loin d’une bulle, même après les hausses observées depuis le début de l’année 2012 !

sachapouget
sachapouget

Laissez un commentaire