Une activité manufacturière en pleine forme fait dévisser les marchés de taux US

Rédigé le 26 août 2015 par | Toutes les analyses Imprimer

Une sévère dégradation des marchés obligataires se matérialise aux États-Unis depuis 48 H (+16Pts de base à, 2,165% sur le « 10 ans » sur le marché secondaire), tout d’abord avec la perspective d’un rebond des indices US mardi (même s’il a complètement avorté en fin de séance) puis de nouveau avec la publication des derniers chiffres à 14 H 30 ce mercredi.

Quels sont-ils ces chiffres qui font les taux US ?

Les commandes de biens durables ont progressé de 2% aux États-Unis en juillet, après un bond de +4,1% en juin (révisé de +3,4%).

Hors secteur des transports (qui connait une envolée de +4,7%) les commandes affichent +0,6% (+0,4% anticipé par le consensus).

Avec de tels chiffres qui justifieraient des taux directeurs à 2% (la FED devra en tenir compte), les rendements se tendent et ce sont en tout 10 Pts (mardi) puis 6,5Pts en plus (ce mercredi). Autant de bonnes nouvelles pour ceux qui touchent une pension de retraite… mais ce sont surtout des dizaines de Mds$ de valorisation envolée pour les assets managers en quelques heures.

Quand ça ne craque pas du côté de actions (aversion pour le risque), la FED parait soudain mennaçante et les arbitrages deviennent aussitôt défavorables aux Bons du Trésor US.

Désormais, c’est cette volatilité, et cette impossibilité de trouver une classe d’actifs qui ne perde pas de valeur, qui devient anxiogène.

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire