Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Les taux se détendent en France : pour les marchés, Macron est déjà président

Rédigé le 28 mars 2017 par | A la une, Europe, Statistiques et données macro, Taux & Devises Imprimer

Alors qu’il avait atteint quasiment 80 points de base début février, l’écart de taux entre le 10 ans français (OAT) et le 10 ans allemand (Bund) retombe enfin sous les 60 points de base ces derniers jours. Les rendements sont également en forte baisse des deux côtés du Rhin… avec un Bund retombé à 0,38% et un OAT revenu autour de 0,93% après avoir touché les 1,14% début février.

Spread
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Il semblerait donc qu’après avoir eu des sueurs froides à l’idée que Marine Le Pen arrive au pouvoir, les craintes soient évaporées. Petit rappel : début février, les investisseurs avaient commencé à s’inquiéter de ce que dans des sondages, Marine Le Pen arrive en tête au premier tour, et la presse anglo-saxonnes commençait à s’interroger sur une victoire possible de Mme Le Pen… ce qui impliquerait très certainement une sortie de l’euro, donc une grosse crainte pour les marchés. Ni une ni deux, le marché obligataire avait alors aussitôt intégrer ce risque dans les cours de l’OAT, et le rendement du 10 ans français avait commencé à s’envoler jusqu’au 1,14 alors qu’il était encore tranquillement à 0,20% au mois de novembre. Imaginez donc ! La France était alors « LE » risque à pricer correctement.

Le rendement du Bund allemand, face au risque d’éclatement de la zone euro, avait aussi augmenté, mais dans un moindre mesure – l’Allemagne faisant toujours figure du bon élève européen. De fait, l’écart de taux (le spread) entre la France et l’Allemagne avait atteint des sommets avec 80 points d’écart : alors que les investisseurs demandaient 0,40% de rendement pour prêter à l’Allemagne, ils demandaient 1,14% pour prêter à la France !

Inutile de vous dire qu’une telle situation, si elle avait continué et surtout si elle s’était accentuée, aurait mis la dette française en péril.

Mais à présent, l’élection présidentielle française ne fait plus peur. 100% des sondages de second tour donnent Emmanuel Macron vainqueur de la présidentielle et, dans certains autres, il serait même en tête au premier tour.

Les investisseurs étaient plutôt « fillonistes » en début de campagne, trouvant le programme du candidat des Républicains audacieux… Mais ils réalisent à présent que l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Elysée serait plutôt bonne pour les marchés financiers avec un programme certes moins radical mais peut-être crédible.

Alors évidemment, avec un tel consensus… on repense immédiatement au Brexit, qui donnait le « Non » gagnant ; on pense évidemment aussi à l’élection américaine, quand la presse et les sondages donnaient Hillary Clinton largement vainqueur…

Je suis allé jeté un oeil sur les sites de bookmakers anglais, comme Ladbrokes par exemple. Ils compilent, par des algorithmes, des tonnes d’informations disponibles que des logiciels vont chercher sur les réseaux sociaux, les sondages, la presse, etc. Le résultat de leur analyse donne la cote suivante : Macron aurait 4 chances sur 9 d’être élu président. Marine Le Pen, arrive en second avec une cote de 3/1 (soit 27 contre 9 pour comparer à Macron).

Spread
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

François Fillon n’est plus qu’à 6 contre 1 (54 contre 9) comme si les bookmakers avaient compris que les affaires en tout genre avaient plombé définitivement les chances de l’ancien Premier ministre.

Et si l’on regarde quels sont les candidats du deuxième tour, le résultat semble plié avec un duel Macron-Le Pen, dont la cote est figée à 2 contre 7 – contre par exemple une cote de 5 contre 1 pour un duel Fillon-Le Pen (soit 35/7 pour comparer à Macron-Le Pen) ou 10 contre 1 pour un Fillon-Macron (70/7).

Donc à un mois du scrutin, tout le monde semble s’accorder pour dire que le duel Macron-Le Pen donnera Marcon pour vainqueur, et les marchés en sont ravis.

Cela dit, je vous conseille également de relire l’analyse de Gilles Leclerc du Bund et du 10 ans français car le marché obligataire vous indiquera mieux que les sondages pour qui le marché va voter… ou ce qu’il craint.

On voit aussi une détente sur le 10 ans américain : le rendement du T-Note repasse de 2,60% à moins de 2,40%.

Spread
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Cette détente trouve son explication dans l’échec de Trump à réformer l’Obamacare (il y a eu beaucoup de réticences du côté des Républicains) : cela induit que la réforme fiscale sera plus difficile à mettre en place, que les mesures draconiennes que Trump voulait instaurer seront finalement plus difficiles à imposer… et donc que le président américain devra mettre de l’eau dans son vin pour appliquer son programme qui était très inflationniste. Du coup, les taux se détendent.

Donc si Trump aseptise ses mesures, la réforme « phénoménale » tant attendue de la fiscalité américaine se transformera en réformette. De là, on peut anticiper une nouvelle détente des taux… et un vrai risque de baisse pour les marchés actions qui seront déçus.

Vivez de votre trading

Vivre du trading ? C’est possible ! Formez-vous grâce à notre expert.

Gilles Leclerc a passé les 20 dernières années à trader.

Aujourd’hui il a décidé de dévoiler sa formation et ses connaissances. Dans cette formation unique de 6 vidéos.

il dévoile enfin sa méthode secrète pour prévoir l’évolution des cours.

Découvrez-la ici

Mots clé : - - - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Un commentaire pour “Les taux se détendent en France : pour les marchés, Macron est déjà président”

  1. Rassurez-moi: le parallèle entre l’OAT et l’élection que vous dressez est à prendre ironiquement au second degré ? Cette théorie absurde est portée par les permabulls de la place parisienne dans une vaine tentative d’expliquer le rebond d’octobre. Alors qu’il s’agit évidemment d’un phénomène technique prouvé par la corrélation du TBond, du Bund et autre bons européens sur l’unité de temps 1 heure. On est juste dans une vague Elliottiste de prises de bénéfices sur un obligataire historiquement au plafond avec des taux cherchant à revenir du côté positif normal des livres d’économie classique.

Laissez un commentaire