Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Taux de la Fed : Stanley Fischer ne voit rien venir

Rédigé le 6 octobre 2016 par | Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Stanley Fischer ne voit rien venir. Peut-être ne regarde-t-il pas assez loin vers l’horizon.

Stanley Fischer, vice-président de la Fed et bras droit de Janet Yellen a déclaré, hier soir, sur CNBC, que des taux durablement – et anormalement bas – signalaient un risque de stagnation, voire de contraction du rythme de la croissance américaine, ce qui au pire pourrait dégénérer en récession.

Autrement, des taux bas, ce n’est pas de bon augure !

Eh bien, il n’y a qu’à les remonter mi-décembre. C’est beaucoup plus facile de redonner vie à l’activité industrielle !

Les marchés déduiront que si la courbe des taux se « ré-pentifie », c’est que la croissance pointe à l’horizon… car la Fed, c’est bien connu, possède de meilleures jumelles que le marché.

C’est une nouvelle fois le principe de « la queue qui remue le chien ».

Ou alors, la Fed a dessiné une trajectoire de PIB plus haussière directement sur l’optique de ses jumelles et s’apprête à dire au marché : « Tenez, regardez vous-même ! ».

Mais il faudra alors oublier que Stanley Fischer, lui, ne voit rien venir… peut-être tenait-il les jumelles à l’envers mercredi soir, et on ne lui aurait rien dit !

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter 

Laissez un commentaire