Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Surproduction : Il n’y a pas que l’humour qui est corrosif

Rédigé le 6 juin 2016 par | Analyses indices, Autres indices, Indices, sociétés et marchés Imprimer

Les commandes à l’industrie allemande qui ont chuté de -2% en avril par rapport à mars (de 112,6 vers 110,4), contre -1% anticipé : le 1er client de l’Allemagne, c’est l’Europe, le plus gros individuellement, c’est la Chine.

La croissance mondiale semble donc s’essouffler comme l’anticipait l’OCDE dans sa dernière publication.

L’autre handicap, c’est la Chine qui continue d’exporter des pressions déflationnistes avec l’érosion du yuan (moins rapide, soulignons-le, que la vitesse de création monétaire orchestrée par la PBCO) et de la surproduction dans tous les domaines, notamment l’acier.

Le Secrétaire américain au Trésor (ministre des finances) Jacob Lew vient d’adresser une mise en garde à l’intention de Pékin avec ce nouvel élément de langage intéressant et que ne démentira pas l’Allemagne : « la surproduction a un « effet corrosif » sur la croissance ».

Bien trouvé, non ?

Mots clé : - - - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire