L’austérité paye au bout de 10 ans… à condition de souffir 9 ans et demi

Rédigé le 26 mars 2015 par | Autres indices, Toutes les analyses Imprimer

Ah l’exemplarité allemande !

Impossible d’y échapper : après les excédents commerciaux records, les excédents budgétaires (au détriment des partenaires européens), voici que l’Allemagne montre la voie en matière de salaires.

Ils auraient bénéficié l’an passé de la plus forte hausse mesurée depuis 2008  (des années de crise, on part donc de très bas) : les salaires nets ont affiché +1,7% en 2014 après une contraction de 0,1% en 2013.

Mais comme vous le pressentez, il y a quelques biais qui tempèrent l’aspect ultra-positif de la nouvelle : il s’agit d’une moyenne, et à ce petit jeu, il y a les gagnants et ceux qui regardent les autres gagner.

Les salariés du secteur banque/assurance remportent la palme des hausses de revenus (augmentez-nous, sinon on part à Londres ou à Singapour), devant la « comm’ » et les métiers de l’information… du grand classique. Ne manque que la mode et les commissaires priseurs.

Pour les bas salaires (vraiment très bas), l’instauration progressive d’un SMIC va déboucher sur des hausses qui en pourcentage apparaîtront spectaculaires (+33% pour passer de 6 à 8 euro de l’heure) mais qui permettront juste de vivre un peu plus décemment…

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire