Le marché chinois n’échappera pas à la baisse

Rédigé le 12 juin 2008 par | Autres indices Imprimer

La semaine dernière, les indices boursiers européens sont repartis à la baisse en perdant entre 3% et 5% en moyenne, confirmant ainsi le retour en force du courant vendeur.

Ces dernières séances ont donc bel et bien accrédité la thèse d’un retour sur les plus bas annuels. Je vous en parlais régulièrement dans mes différents Billets, et j’ai longuement prévenu et adapté notre stratégie dans mon service sur les turbos, @Turbos Trader. [Ndlr : Et d’ailleurs en se positionnant sur des turbos puts, Léo a permis à ses abonnés de gagner des 10,47%… 13,07%… 13,33% en quelques séances. Si vous voulez en profiter, continuez votre lecture].

◊ Le HANG SENG : parcours du combattant

Après avoir passé en revue les principaux indices occidentaux et les secteurs qui devraient en pâtir le plus, je vous propose aujourd’hui d’aller faire un tour en Asie, et plus précisément en Chine. Les yeux du monde entier sont rivés sur ce pays à la croissance économique impressionnante — tout comme son rôle géopolitique grandissant — mais dont la fragilité est aussi considérable !

Plusieurs indices boursiers existent en Chine ; j’ai retenu pour mon étude l’un des plus suivis par la communauté financière internationale, celui de Hong Kong, le HANG SENG — même s’il n’est pas forcément le plus représentatif.

Le graphique ci-dessous nous rappelle la très forte tendance que cet indice a connue au cours des dernières années. Depuis 2003 jusqu’à son sommet historique marqué fin 2007, HANG SENG a ainsi progressé de 290%. La crise des subprime de l’été dernier n’a d’ailleurs que temporairement affecté les intervenants, puisque quelques semaines seulement après le décrochage de l’été 2007, les cours sont repartis de plus belle, pour regagner plus de 50% en moins de trois mois !

Fruit d’une spéculation effrénée, et de plus en plus déconnectée du marché réel, cette envolée risque de faire mal le jour où les joueurs chinois (il n’y a pas d’autre mot) s’en rendront compte.

◊ Le sommet en « V » a crevé la bulle

Cette dernière accélération, qui a permis d’inscrire un record à 32 000 pts en octobre 2007, s’est néanmoins révélée fatale, constituant le sommet de la bulle qui s’est développée ces dernières années.

Alors que nombre d’économistes prédisaient que celle-ci ne se dégonflerait pas avant le déroulement des Jeux olympiques de Pékin, les investisseurs nous ont prouvé le contraire. Le violent revirement depuis ce seuil des 32 000 pts (-35% au plus fort de la correction) a validé une formation de retournement des plus puissantes, appelée « sommet en V ». Cette figure caractérise le plus souvent les bulles, et on la retrouve notamment (sans surprise) sur la plupart des valeurs et indices TMT, tout comme sur le Nasdaq après le pic de mars 2000.

◊ Risque baissier trop important

Ce risque baissier s’est d’ailleurs confirmé ces dernières semaines avec un timing similaire aux places financières européennes et américaines : la reprise a bloqué sous un obstacle majeur (ici situé à 26 300 pts) renforcé par la moyenne mobile à 30 semaines en phase de retournement et par un ratio de retracement du mouvement baissier de janvier important (ici 50%). Le repli initié sous ces niveaux est donc propice à une nouvelle phase baissière qui pourrait conduire les cours sur leur soutien majeur à 20 600 pts, voire plus bas !

Il est donc préférable de se tenir à l’écart du marché chinois lors des prochaines semaines, ou même mois.

Les dix premières composantes du HANG SENG pèsent à elles seules 60% de l’indice. Soit elles sont dans des secteurs très fragilisés depuis un an (banque, assurance, télécoms,…), soit potentiellement fragiles car victimes de la spéculation (BTP et immobilier, pétrole,…).

Il est difficile de prévoir à quel moment il sera intéressant de se positionner, mais en tout cas cela est bien trop risqué aujourd’hui (sinon… à la baisse !). Si l’on ajoute en plus les difficultés structurelles de ce pays très contrasté, ou encore si on prend en compte sa situation politique, il devient difficile de conseiller l’achat. La Chine s’est bien réveillée (pour reprendre le titre de Peyrefitte), mais ce réveil ne s’est pas fait sans mal de tête…

Mots clé : - - - - -

Laissez un commentaire