Options : quand et pourquoi vendre un « call à nu » (Cours Options #8)

Rédigé le 27 mai 2015 par | Apprendre la Bourse, Big caps Imprimer

Je vous ai parlé de l’achat d’un call sur action, qui s’apparente à un pari haussier sur le titre mais avec des avantages multiples par rapport à l’achat en direct des titres.

Aujourd’hui, je vais vous parler de l’opération inverse : la vente d’un call à nu, et ce que cela signifie. Comme je vous l’ai déjà dit, je ne conseille pas cette transaction en tant que telle. La description ci-dessous est uniquement à but pédagogique.

Dans que cas vendre un call

Si vous vendez un call sur une action, cela signifie que vous avez une vision baissière, neutre, voire légèrement haussière sur l’action. Vous pariez sur « là où l’action ne va pas monter », plutôt que sur là où elle va aller.

C’est un pari globalement baissier, mais très différent tout de même de la vente à découvert (autre type de pari baissier).

Voici le profil gains / pertes de la vente d’un call (courbe bleue) et de la vente à découvert classique d’une action (courbe verte).

vente d'un call

vente d’un call

Dans le cas de la vente à découvert de l’action (courbe verte), c’est très simple : vous gagnez de l’argent si l’action descend et devient inférieure à K (niveau de vente), et vous en perdez si elle grimpe (>K).

Si vous vendez le call de prime p, vous touchez la prime p, et vous pensez que le cours de l’action ne va pas aller au-dessus de K+p . Il faut donc que le cours de l’action soit supérieur au prix d’exercice K additionné de la prime p pour que le résultat de la transaction soit négatif pour vous à l’échéance de l’option.

Si l’action chute ou stagne, en bref qu’elle se maintient sous K, votre gain ne peut être supérieure à p (cela est matérialisé par le trait horizontal bleu au niveau « p »).

En résumé, dans le cas de la vente d’action à découvert :

Dans le cas de la vente de call :

La transaction de vente de call n’est pas à mettre à la poubelle directement. Elle est utile dans le cadre d’une stratégie sur options que je vous montrerai plus tard, mais qui n’est pas l’objet de cet article.

Exemple de vente de call

Vous pensez que Renault (FR0000131906), qui vaut 96,60 € le 19 mai 2015 et a effectué un beau rallye haussier depuis le début de l’année, ne va pas aller au-dessus de 100 € d’ici le mois prochain.

Pour essayer de profiter de ce scenario, vous pouvez vendre le call RNO JUN2015 100 C :

Vous touchez donc 160 €, et si le 19 juin au soir, RNO est en-dessous du strike 100 €, le call expirera sans valeur, et vous gardez les 160 €.

Dans le cas contraire (RNO > 100€), le propriétaire du call va l’exercer et vous serez obligé de vendre les 100 titres à 100 €. En fait, votre prix de vente réel sera de 101,60 €, étant donné que vous avez touché les 1,60€ de prime. Vous vous retrouverez alors « court » de 100 actions RNO.

Voici ci-dessous un graphique pour visualiser ceci.

vente de call sur Renault

Pour toucher la prime, vous avez une marge de 3,52% (c’est la hausse que RNO doit faire en un mois pour atteindre les 100 €).

Mais votre « seuil de non-rentabilité » est atteint si RNO monte de 5,17%, jusqu’à 101,6 €. Cela vous laisse donc un peu de marge supplémentaire avant de perdre de l’argent…

J’attire votre attention sur 2 points :

Dans le prochain article pédagogique, je vous parlerai de l’achat d’un put, pour parier à la baisse sur le marché.

Mots clé : - -

Gaël Deballe
Gaël Deballe

Mon nom est Gaël Deballe. Cela fait plus de 10 ans que je suis actif sur les marchés financiers. Je suis initialement ingénieur Supelec, avec une formation complémentaire universitaire en économie générale et gestion de l’entreprise.

Pendant longtemps, j’ai travaillé dans le secteur de l’électricité, en France et en Suisse, notamment dans le trading d’électricité. En parallèle, je me formais sur les marchés financiers avec une prédilection pour les stratégies sur options. Et puis, un jour, je me suis senti près à lâcher mon « boulot confortable » et à me lancer, à vivre de mon trading. Ce que j’ai fait.

Par la suite, j’ai créé un site dédié aux stratégies de rendement sur options (et autres stratégies) : http://zen-option.com/ et je propose régulièrement des formations sur les options. Passionné de voyages, de nature, de plongée, de découvertes et de finances, j’ai pu changer l’orientation de ma vie et vivre de mes revenus obtenus grâce aux options… où que je sois dans le monde !

J’ai également suivi une formation d’anticipation politique auprès du « Laboratoire Européen d’Anticipation Politique », un think tank européen qui base ses travaux sur la « méthode d’anticipation politique ». Ce think tank est, par exemple, à l’origine du concept de « crise systémique » et travaille à analyser la géopolitique et la géostratégie de l’Europe avec le reste du monde. Les participants essayent d’anticiper l’avenir en imaginant toutes sortes de scénarios. Ce fut passionnant et cette formation m’a permis d’apprendre à « voir plus loin », à « imaginer l’avenir », les scénarios possibles.

Voici mon parcours… d’où je viens, comment je me suis formé.

Alors, quand les Publications Agora m’ont contacté, pour vous proposer mon savoir-faire et mon expérience sur les options, j’ai évidemment dit oui. Et quand, après l’avoir rencontré, Jim Rickards m’a proposé d’être son « analyste France » pour ses services… vous pensez bien que j’ai sauté sur l’occasion !

Cela fait un moment à présent que je suis les analyses de Jim. Cet homme est brillant, passionnant. Il a une vision complexe de la manière dont fonctionne le monde, les institutions ; il connaît les interconnexions entre marchés ; il connaît la géopolitique, la géostratégie… C’est un visionnaire, lucide. Et comme moi, il aime les stratégies sur options. Je suis donc ravi de travailler avec lui chaque semaine sur les scénarios qu’il envisage et vous proposer des trades sur options concrets pour jouer ses idées.

Vous pouvez retrouver les analyses de Jim Rickards et mes stratégies dans Alerte Guerre des Devises, Trades Confidentiels  et Intelligence Stratégique.

Je vous souhaite de bons trades,
Gaël Deballe

Laissez un commentaire