Rechute imminente du secteur bancaire

Rédigé le 28 août 2012 par | Autres indices Imprimer

France 2013 : quatre critères objectifs pour une faillite annoncée

0% de croissance au second trimestre en France : pouvons-nous encore éviter le pire ? Ou bien faut-il se préparer à une longue descente aux enfers ?

Notre spécialiste Simone Wapler a mené une enquête complète sur la santé de l’Etat français. Et le moins que l’on puisse dire c’est que ses conclusions sont impressionnantes…

Retrouvez sans attendre l’analyse de Simone et surtout découvrez ses recommandations pour mettre votre capital à l’abri !

Le secteur bancaire a nettement rebondi ces derniers mois en Europe (+19% à 142 points), se rapprochant ainsi de ses niveaux du printemps (160 points). Pour autant, il est le plus exposé à la crise de la dette européenne et n’est donc pas à l’abri d’un retour de bâton. Le rebond de cet été était en effet basé sur les espoirs d’actions de la part des banques centrales, aux Etats-Unis, en Europe et même en Chine. Mais, à part des petites phrases pour redonner espoir aux marchés, rien de concret ne s’est produit et les problèmes de l’Espagne ou de la Grèce sont toujours là. Qu’il y ait intervention ou non, le marché risque donc d’être bien déçu dans les prochaines semaines, et le secteur bancaire sera parmi les premiers à en faire les frais.

Crise de confiance dans les banques

Entre les manipulations sur le Libor ou l’annonces de transactions illégales avec l’Iran, le secteur n’a pas été épargné par les scandales cet été. De quoi rompre le peu de crédibilité et de respect que le grand public pouvait encore réserver aux banques.

Au niveau européen, des efforts ont été faits – en parole du moins – puisqu’une union bancaire a été évoquée. Reste à voir… Mais tout cela est pour le moment insuffisant pour restaurer la confiance. La preuve : à court terme, les opérateurs de marché préfèrent payer pour placer leur argent dans de la dette allemande ou française d’échéance trois mois que déposer leur cash dans les banques. C’est dire la confiance qu’ils leur portent !

A moins d’avoir donc de sérieuses améliorations, le secteur bancaire restera l’un des plus volatils sur les marchés. Voyons comment vous allez pouvoir l’utiliser pour générer de la performance.

Le secteur européen reste faible et échoue à rejoindre ses plus-hauts annuels

Le Stoxx 600 Banks est l’indice bancaire du secteur européen :

Stoxx 600 Banks
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Parmi l’ensemble des secteurs européens, malgré un rebond assez violent ces dernières semaines, le secteur bancaire est celui qui a rebondi le plus faiblement. On le constate assez vite avec ce graphique journalier.

En effet, alors que certains secteurs sont revenus au niveau des plus-hauts annuels de mars (voire légèrement au-dessus récemment), l’indice des banques a du mal à atteindre les 148 points, plus-bas de mars qui fait office de résistance. Cela montre une faiblesse relative du secteur. Or, comme en même temps, les autres secteurs ou indices sont eux proches de leurs plus-hauts annuels, la zone des 148 points apparaît comme une bonne zone de vente, à court comme à moyen termes. Et la configuration est négative tant que l’on ne dépasse pas la résistance des 161 points

Les indicateurs mathématiques vont également dans ce sens et illustrent un marché à bout de souffle. J’en ai mis deux en avant sur notre graphique. Le RSI à 14 jours, qui bute proche de ses plus-hauts de mars à 72, et le momentum, qui lui aussi freine sérieusement à l’approche d’une forte résistance à 17. Cela confirme l’idée que le potentiel de hausse est assez restreint dès les niveaux actuels. La correction pourrait avec être imminente, même si l’on ne vient pas tester pile les 148 points.

Une nouvelle vague de correction devrait donc se mettre en place. Nous avons un support intermédiaire à 136 points, mais il risque de ne pas tenir longtemps si la correction est du même acabit que celle du printemps dernier : rien ne devrait pouvoir l’arrêter avant la forte zone de support des 120 points.

Mots clé : - - -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Laissez un commentaire