De l’intérêt du stock picking pour jouer les small et mid caps

Rédigé le 16 janvier 2013 par | Mid et Small Caps Imprimer

Par Pierre Havez

En ce début d’année, l’heure est bien évidemment au bilan. Eric vous a présenté le sien en passant en revue les tops et les flops des small caps sur l’année écoulée. A mon tour de me prêter à l’exercice. Aujourd’hui, je vais donc vous délivrer mes conclusions 2012 en me concentrant plus particulièrement sur les valeurs moyennes.

Après un premier semestre chaotique sur fond de crainte pour l’avenir de l’euro, le marché a connu un second semestre dynamique, tous les indices parisiens clôturant en hausse. Comme souvent l’année avait bien commencé, avant que le marché ne plonge au T2 à mesure que s’amplifiait la crise de la dette des Etats européens. L’annonce mi-juillet, par les dirigeants allemands et français, que tout serait fait pour protéger la zone euro et l’intervention salutaire de la BCE ont finalement donné le coup d’envoi de la hausse du second semestre 2012.

Les mids caps à la fête

Dans ces conditions, le CAC Mid & Small a surperformé largement les autres indices français – comme en 2009 et 2010 d’ailleurs – avec 20,5% de hausse l’an passé contre +15,2% pour le CAC 40 et +16,4% pour le CAC All-Tradable. La progression du CAC Mid & Small est essentiellement imputable aux plus grandes valeurs qui le composent : le CAC Mid 60 a gagné 24% sur l’ensemble de l’année. On peut, par exemple, souligner le doublement de la valeur des actions EUROFINS SCIENTIFIC (FR0000038259) avec une progression de +117,5% et ALTRAN TECHNOLOGIES (FR0000034639) qui s’apprécie de +105,4%.

Moins performant, l’indice CAC Small a fini à +10%. Au sein de ce dernier, le secteur qui progresse le plus est le compartiment automobile & équipementiers (+40%) tiré par MONTUPET (FR0000037046) qui a grimpé de 110% sur l’année. Au contraire, les valeurs technologiques ont connu une année relativement faible en 2012, avec seulement +9,5% et avec près de 40% des sociétés en baisse. Des évolutions pour le moins paradoxales si l’on part du principe que les technologiques sont censées tirer la croissance du PIB pendant que le secteur automobile est à la traîne.

Alternext, nous l’avons vu la semaine passée, n’a gagné que 8,3%. Si la performance des indices a été globalement bonne, la place parisienne n’a pas vraiment retrouvé de dynamisme : seulement 12 introductions en Bourse ont été réalisées en 2012 sur Eurolist et Alternext réunis (contre 23 en 2011) et 8 sur le Marché Libre.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Préparez-vous à changer votre manière d’investir !

Préparez-vous à des investissements plus simples… à un portefeuille plus sûr… à des gains mieux protégés… à des pertes mieux maîtrisées…

… et surtout, préparez-vous à n’y passer que 20 minutes par semaine !

Notre spécialiste des marchés et de l’analyse technique, a élaboré pour vous une méthode d’investissement claire et simple : il vous guide pas à pas, pour que vous n’ayez plus aucune décision à prendre… ou presque.

Découvrez dès maintenant sa méthode, ses principes boursiers et les indicateurs qu’il utilise jour après jour, dans une vidéo complète réalisée spécialement pour vous…

De l’importance du stock picking

S’agissant de valeurs moyennes, raisonner sur les indices permet d’avoir une vision d’ensemble. Mais, comme vous pourrez le constater ci-après, raisonner valeur par valeur est plus pertinent tant les situations sont disparates.

La meilleure performance de 2012 revient à l’éditeur de logiciel toulousain CAMELEON SOFTWARE (FR0000074247) qui, outre son développement dans le SaaS (vente de logiciels sous forme d’abonnements), a bénéficié d’un aspect spéculatif avec l’entrée d’un actionnaire américain. A sa suite, la société de biotechnologies AB SCIENCE (FR0010557264), qui a mené à bien son étude de Phase II dans le traitement de la sclérose en plaques. Les deux actions ont triplé leur valeur l’an passé : +208,1% pour la première, +206,3% pour la seconde !

A l’opposé, CYBERGUN (FR0004031839) affiche la pire performance (-84,4% en 2012), en raison d’une dégradation de sa structure financière. Le groupe doit rembourser une dette obligataire début 2013.

Nous ne vous le répéterons jamais assez, être sélectif – en d’autres termes adopter une logique de stock picking – permet de tirer son épingle du jeu quand on investit dans les small et mid caps. Comme les précédentes, cette année ne dérogera pas à la règle !

2 commentaires pour “De l’intérêt du stock picking pour jouer les small et mid caps”

  1. quelle est votre opinion sur DEINOVE?
    on en parle de plus en plus et ils viennent de recruter une pointure à la direction!
    merci de votre reponse

  2. Cher lecteur, si la société DEINOVE vous intéresse, sachez que nous avons traité le sujet dans notre rapport spécial biotechnologies. Si celui-ci vous intéresse, n’hésitez pas à cliquer sur le lien suivant: https://secure.publications-agora.fr/SBIOC01/W990P117/index.htm?pageNumber=1

Laissez un commentaire