STMicroelectronics au CAC 40 : un retour sans audace

Rédigé le 13 septembre 2017 par | Actions, Cac 40 Imprimer

Retour en grâce boursière pour STMicroelectronics (NL0000226223)… Après 4 ans de traversée du désert, le spécialiste des semi-conducteurs s’apprête à réintégrer le CAC40, reprenant ainsi sa place à Nokia…

De mon point de vue, l’éviction du géant des équipements télécoms peut parfaitement se comprendre. Le newsflow est loin d’être porteur, avec notamment un recul du marché des équipements des réseaux de l’ordre de 3% à 5% cette année.

Mais si la presse mainstream salue volontiers le retour de STMicroelectronics après un redressement considéré comme efficace et, de fait, des perspectives boursières attrayantes, je suis, en ce qui me concerne, un poil plus mesuré.

Certes, le groupe se porte bien, tant d’un point de vue boursier que fondamental. STMicroelectronics a effectivement renoué avec les bénéfices au premier semestre 2017, avec un résultat net de l’ordre de 258 M$…

Côté Bourse, le titre affiche des niveaux qu’il n’avait pas côtoyés depuis 10 ans !

Brent en données mensuelles Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Alors pourquoi tant de réserves de ma part ? Après tout, il s’agit ni plus ni moins d’une valeur technologique en forme qui remplace une autre valeur technologique moins en forme. Je devrais donc être content, moi qui vous répète assez régulièrement que notre CAC40 n’est pas assez technologique à mon goût.

Tout cela est vrai. Cela dit, si j’avais été l’un des membres du Conseil scientifique des indices d’Euronext, j’aurais sans doute fait un choix bien différent. En effet, d’autres valeurs, à mon sens plus pertinentes, auraient pu obtenir cette place.

Dassault Systèmes vs STMicroelectronics : plus de liquidité

Pourquoi pas Dassault Systèmes (FR0000130650) et ses 22 Mds€ de capitalisation boursière par exemple ? Cela fait plus de quinze ans que l’éditeur de logiciels a quitté l’indice, et le dossier ne manque pas d’arguments : sa rentabilité, supérieure à 30%, vaut celle des plus grands groupes de luxe. Un chiffre que l’éditeur de logiciels doit à des produits toujours plus innovants, sertis d’une technicité toujours plus sophistiquée.

Bien sûr, certains me rétorqueront que la liquidité de Dassault Systèmes est bien trop faible avec, par exemple, 90 M€ de titres échangés sur les cinq dernières séances contre, en effet, 230 M€ pour un STMicroelectronics qui ne pèse que 15 Mds€ en Bourse… Mais ce n’est pas totalement juste : le flottant de Dassault Systèmes représente 11 Mds€ alors que celui de STMicroelectronics est de 9 Mds€. Donc, en termes de liquidité, c’est finalement l’éditeur de logiciels qui marque le point.

Et je ne m’aventure même pas sur le terrain des fondamentaux, clairement en faveur de Dassault Systèmes… Je vous en reparlerai très prochainement.

Thales vs STMicroelectronics : un secteur plus porteur

Pourquoi également n’a-t-on pas pensé à Thales (FR0000121329) ?

Ce groupe, pesant près de 20 Mds€, est l’un des leaders européens de la fabrication et de la commercialisation d’équipements et de systèmes électroniques destinés aux secteurs de l’aérospatial, de la défense et de la sécurité. Un secteur d’activité beaucoup moins cyclique que celui des semi-conducteurs et, surtout, beaucoup plus porteur.

En effet, les résultats présentés par Thales au titre du premier semestre se sont avérés d’excellente facture, avec non seulement 6 milliards de nouvelles commandes, une marge opérationnelle de 8,8% et une hausse de 5,9% de son chiffre d’affaires…

Ma conclusion est sans appel…

Je vous ai donné ces deux exemples mais j’aurais pu en choisir d’autres.

Alors j’ai juste un petit message pour messieurs les experts : loin de moi l’idée de remettre en question votre méthode de sélection. Pour autant, vous pourriez tout à fait sortir du CAC des valeurs comme TechnipFMC, Solvay ou encore Legrand pour réintégrer de beaux dossiers comme Dassault Systèmes et autres Thales.

Mais il faudrait un peu d’audace pour redonner un souffle nouveau à une place de Paris qui en manque singulièrement depuis des années.

P.S. : Si vous voulez recevoir mes analyses spéciales PEA gratuitement pendant un mois, vous pouvez cliquer ici et vous serez inscrit automatiquement sur ma liste. A partir du 21 septembre, vous recevrez ma prochaine stratégie PEA gratuitement et toutes les alertes, pendant 1 mois, et sans aucun engagement.

Mots clé : - - - - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire